Accéder au contenu principal
Aujourd'hui l'économie

La Chine et Hong Kong dans le viseur de Moody’s

Audio 03:04
En arrière plan, le quartier des affaires de Hong Kong. Photo : 25 mai 2017.
En arrière plan, le quartier des affaires de Hong Kong. Photo : 25 mai 2017. ©REUTERS/Bobby Yip
Par : Altin Lazaj
6 mn

Après la Chine, l’agence de notation financière Moody's s’en prend à Hong Kong. Elle a abaissé aujourd’hui sa note d’Aa1 à Aa2.

Publicité

 

Même si Hong Kong garde un certain degré d’indépendance politique et économique, l’agence Moody’s considère que l’ancienne colonie britannique a des liens croissants avec la Chine.  L’agence prend comme exemple la connexion entre la Bourse de Hong Kong avec celles de Shanghaï et Shenzen. Elle rappelle également l'implication de Hong Kong dans l'initiative commerciale chinoise appelée « Nouvelles routes de la soie ». Enfin Moody’s estime que la politique de l’expansion folle du crédit en Chine aura forcément un impact important sur le profil du crédit hongkongais.
 
C’est justement cette politique du crédit qui a poussé Moody’s à abaisser la note de la Chine...

L’agence de notation financière a abaissé la note de la dette souveraine de la Chine de Aa3 à A1 ce qui veut dire qu’elle passe de « haute qualité » à qualité « moyenne supérieure ». L’agence s’inquiète des risques provoqués par l’augmentation de la dette de la deuxième économie mondiale. La dette représentait 256% du PIB à la fin de l'an dernier.

Un phénomène encouragé par la politique des crédits. Pour soutenir la croissance économique, les autorités chinoises ont investi massivement dans les infrastructures et maintenu des taux d’intérêt très bas.  Résultat, les entreprises publiques, souvent déficitaires et souffrantes de surcapacité ont ponctionné la grande partie des crédits bancaires accumulant ainsi des dettes colossales. Cette dynamique du crédit a créé également une bulle immobilière, une situation qui affole le Fonds monétaire internationale. Une  frénésie qui pourrait menacer le reste de la planète si l’ajustement est mal fait.

Est-ce que cet abaissement de la note pénalisera la Chine ?

Les avis des économistes sont partagés. Certains estiment que l'économie chinoise ne sera pas trop pénalisée. L'essentiel de la dette chinoise est détenu par des acteurs publics chinois et très peu par des étrangers. En effet la dette extérieure n'en représente qu'environ 12% du PIB. La preuve : les marchés n’ont pas réagi. Les bourses de Hong Kong, de Shangaï et de Zhenzen ont terminé dans le vert aujourd’hui. En revanche d’autres experts pensent que cet abaissement de la note va certainement pénaliser la Chine. Il va être plus difficile pour Pékin de financer sa dette. Les entreprises chinoises vont avoir plus de mal à lever des fonds sur les marchés internationaux.

Comment ont réagi les autorités chinoises et celles de Hong Kong ?
 
Le ministère chinois des Finances a protesté  accusant l'agence Moody’s d'avoir surestimé les difficultés du pays et sous-estimé les capacités de Pékin à lancer des réformes adéquates. Même son de cloche pour le ministère hongkongais. Il regrette que l’agence n’ait pas tenu compte de la solidité du régime de régulation financière et de la robustesse du secteur bancaire à Hong Kong.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.