Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

La construction des pipelines de la discorde

Audio 01:52
Un manifestant proteste contre la décision du président américain Donald Trump de relancer le projet de construction de l'oléoduc Keystone XL, le 10 mars 2017 à Washington.
Un manifestant proteste contre la décision du président américain Donald Trump de relancer le projet de construction de l'oléoduc Keystone XL, le 10 mars 2017 à Washington. REUTERS/Lucy Nicholson
Par : Anne-Marie Capomaccio
5 mn

Dès son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump a signé deux textes, autorisant la construction de l’Oléoduc Keystone XL entre le Canada et le Nebraska… et la traversée des terres indiennes dans le parcours du pipeline du Dakota du Nord. C’est un changement radical de politique après le départ de l’équipe Obama.

Publicité

 

Donald Trump affirme être guidé par plusieurs objectifs : l’autosuffisance énergétique, l’emploi, et l’Amérique d’abord dans tous les domaines. C’est, dit-il, ce qui a motivé ses décisions pour la construction de l’Oléoduc sur les terres des Sioux dans le Dakota, et celle du pipeline Keystone XL, qui doit  transporter du pétrole des sables bitumineux canadiens vers le Nebraska, pour faire la jonction avec le Texas.

Le président américain promet des milliers d’emplois, et vante les  prochaines taxes, payées pour la traversée des états concernés, des taxes qui vont, je le cite, « permettre d’améliorer la vie des Américains ».

Mais début mai, une douzaine d’agence de la Chase ont été occupées par des activistes, qui protestaient contre le financement du  pipeline Keystone par cette banque. Quant à l’utilisation d’acier américain pour ce chantier, l’idée de Donald Trump a été abandonnée, car trop onéreuse. Enfin malgré l’agacement de la Maison Blanche, la commission du Nebraska qui doit statuer sur la traversée de l’état ne s’est pas prononcée.

Les opposants au projet sont peut-être désespérés, mais ne désarment pas. Ils ont même pris contact avec ceux qui se battent dans le Dakota du Nord contre l’oléoduc qui traverse des terres que les Sioux de Standing Rock considèrent comme sacrées.
L’énorme camp de protestation a été vidé manu militari. Et les premières livraisons de brut seront effectuées début juin, d’après l’opérateur Energy Transfer. Il n’y a donc plus grand espoir pour les activistes, sauf peut-être un dernier recours, déposé dans l’Etat de l’Iowa.

Ceux qui sont en faveur des oléoducs affirment qu’ils viendront à bout de toutes les résistances, et que le pétrole coulera bientôt. Les opposants ont une stratégie : retarder ces projets par tous les moyens imaginables. En espérant gagner 4 ans, jusqu’à la prochaine présidentielle.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.