Les têtes d'affiches de Denise Epoté

Yao Ngueta - Talla Kokam & Wielfried Guets - Samuel Eto'o

Audio 04:23
Denise Epoté.
Denise Epoté. tv5.org

Tout d’abord direction la Côte d’Ivoire où l’on retrouve la première tête d’affiche de Denise Epoté : Yao Ngueta. De la Côte d’Ivoire un détour au Cameroun s’impose pour la deuxième tête d’affiche qui sont en fait deux : Talla Kokam et Wielfried Guets. Pour finir on reste au Cameroun pour parler football avec la star emblématique du pays : Samuel Eto'o.

Publicité

1/ Yao Ngueta et l'alphabet agni

Assane Diop : Bonjour Denise Epoté, avec nous par téléphone ce matin et l’on part en Côte d’Ivoire pour votre première tête d’affiche. Il est chercheur à l’université Felix Houphouet Boigny d’Abidjan. Le Docteur Yao Ngueta doit sa notoriété à un alphabet qu’il a inventé afin de mieux écrire dit-il la langue agni. une langue que se partagent la Côte d’Ivoire et le Ghana.

On connaissait Assane l’alphabet bété qu’inventa dans les années 50 le célébrissime dessinateur, poète et écrivain ivoirien Frédéric Bruly Bouare. Il va falloir compter avec un nouvel alphabet, celui qu’a mis au point Yao Ngueta, enseignant au département d’études ibériques et latino   Américaines. Le chercheur travaille depuis de nombreuses années pour rendre la langue agni lisible par tous. L’exercice ne fut pas aisé puisque comme la majorité des langues africaines la langue agni est une langue à tons. L’objectif visé était d’éviter que cette langue disparaisse, faute d’être parlée. Si les peuples ne disparaissent pas, en revanche ils peuvent perdre leur langue et leur culture. Un paradoxe pour ce professeur qui enseigne des langues étrangères. Yao Ngueta déplore que les langues nationales soient de moins en moins parlées au sein des familles au profit du français. Elles devraient dit-il cohabiter. D’où l’importance du salon les langues qu’il a lancé ainsi que la traduction en langue agni des ouvrages qu’il a écrits en français et en espagnol. Des ouvrages qui devraient être lus par plus d’un million d’agnis vivant en Côte d’Ivoire et au Ghana.

2/Les Lauriers du Cedimes : Talla Kokam et Wielfried Guets

Assane Diop : De la Côte d’Ivoire on passe au Cameroun pour la deuxième tête d’affiche. Ils sont deux et appartiennent au monde universitaire. Talla Kokam et Wielfried Guets se partagent cette année le prix d’excellence du centre sur le développement international et les mouvements économiques et sociaux.

Les universités de Yaoundé et de Dschang ont de quoi être fières. Depuis la création il y à neuf ans du concours lancé par le centre d’études sur le développement international pour les mouvements économiques et sociaux, le Cedimes, c’est la première fois que les deux lauréats sont originaires du même pays. Les travaux des deux camerounais étaient en compétition avec 48 autres thèses présentées par des candidats originaires d’Afrique, d’Europe et d’Asie. La thèse de Dieu ne dort Talla Fokam traite des « inégalités d’opportunité sur le marché du travail, emploi et mobilité professionnelle au Cameroun ». Pour y remédier suggère le lauréat, l’état à défaut de garantir l’égalité devrait assurer l’équité. Pour son master Wielfried Guets, a choisi de traiter de la « croissance pro   pauvre au Cameroun ». Autrement dit comment la croissance bénéficie-t-elle aux ménages ? Quelles sont leurs dépenses de consommation et l’accessibilité aux infrastructures de base est-elle garantie ? En conclusion pour nos lauréats, si le taux de pauvreté a reculé le nombre de pauvres s’est accru. Une réalité hélas Assane commune à la majorité des états africains.

3/ Samuel Eto'o, footballeur et mécène

Assane Diop : Encore le Cameroun pour votre dernière tête d’affiche. Une star mondiale du foot et des Lions Indomptables. Samuel Eto'o a offert un pavillon pédiatrique à l’hôpital Laquintinie de Douala au Cameroun.

Une initiative qui tombe à pic, car la capacité du service des urgences pédiatriques du plus vieil hôpital de la capitale économique du Cameroun est saturée. 15 000 consultations et plus de 25 000 hospitalisations par an. Le pavillon Samuel-Eto'o équipé d’un plateau technique va permettre de réduire la mortalité infantile en apportant une réponse adaptée aux pathologies de l’enfant. Un don de la fondation Samuel-Eto'o lancée il y a dix ans, fondation qui s’occupe également d’éducation. Elle octroie des bourses aux étudiants de l’université de Soa au Cameroun, offre du matériel aux universités et des bourses aux étudiants les plus méritants pour aller poursuivre leurs études aux Etats-Unis. La fondation a également financé un centre de formation qui en l’espace de dix ans a permis à 400 jeunes âgés de 14 ans de se former dans l’espoir d’intégrer un club de football prestigieux. Certains d’entre eux ont rejoint l’équipe nationale du Cameroun, et se sont illustrés lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations au Gabon. Christian Bassokog et Fabrice Ondoa ont respectivement été désignés meilleur joueur et meilleur gardien du tournoi. D’autres jeunes font partie de la réserve de prestigieux clubs européens notamment en Italie et en Espagne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail