Revue de presse française

A la Une : En marche! vers la victoire

Audio 03:22
Kiosque à journaux.
Kiosque à journaux.

Publicité

Une large victoire de La République en marche (LREM) d’Emmanuel Macron et une large abstention : c’est ce que retiennent les journaux ce matin après le premier tour des législatives.

« Macron en marche vers une majorité écrasante », s’exclame Le Figaro.

« La vague Macron », constate La Croix.

« Législatives : l’OPA », lance Libération.

« Un coup de maître », renchérit Le Parisien.

Pour L’Opinion, « Macron plie le match »

C’est « l’effet Macron », relèvent Les Echos.

« L’abstention majoritaire, le risque d’une chambre bleu Macron », prévient L’Humanité.

Alors, « coup de balai ?, s’interroge Libération. Non, coup de plumeau, répond le journal : les partis traditionnels tombaient en poussière. […] Ils se sont effondrés telle une charpente vermoulue. […] Quant à l’électorat, il a considéré que l’affaire était pliée. Il s’est abstenu pour moitié, record historique et seule ombre au tableau pour les vainqueurs : c’est un triomphe sans enthousiasme, une victoire écrasante et molle. Elle présage néanmoins d’une Assemblée quasi monocolore. Au bout du compte, constate encore Libération, En marche piétine ses adversaires ; Macron peut se saisir de tous les pouvoirs ; une page totalement neuve s’ouvre pour le pays. »

« Qui l’eût cru ? Qui l’eût dit ?, s’esbaudit Le Figaro. Une formation politique qui n’existait pas il y a deux ans est donc en passe de rafler une insolente majorité à l’Assemblée nationale, bouleversant du même coup un paysage politique que l’on a longtemps pensé immuable. Emmanuel Macron a réussi son pari et il peut ce matin observer les conséquences de ce tonitruant dynamitage. »

« On s’y attendait, mais pas à ce point, relève Ouest France. […] L’abstention   historique pour ce genre d’élection   est, avec la transformation de l’essai par Emmanuel Macron, le fait marquant de ce premier tour. […] Mais qu’un électeur sur deux ne se soit pas déplacé n’est pas rassurant. Que La République en marche rafle la mise avec un tiers de la moitié des inscrits n’est pas glorieux. [...] Pour gouverner, il vaut mieux pouvoir compter sur une adhésion nette à son projet et avoir l’opposition au Parlement plutôt que dans la rue. Pour l’instant, on n’a ni l’un ni l’autre. »

Une assemblée de godillots ?

En effet, complètent Les Echos, « Emmanuel Macron court le risque d’obtenir une majorité pléthorique, donc un peu compliquée à tenir, et surtout de la devoir à une participation trop faible pour ne pas soulever de questions. Ses candidats LREM ont obtenu au soir du 1er tour 32,6 % des voix, l’abstention a atteint un record absolu de 50,4 %. Doit-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ? […] Que porte, plus profondément, cette abstention inédite ?, s’interroge encore le quotidien économique. Du fatalisme, un manque d’enthousiasme pour le nouveau président, l’impression des Français les moins favorisés de ne pas faire partie de l’aventure ? C’est bien connu, concluent Les Echos, on peut gagner une bataille sans avoir encore forcément gagné la guerre. »

En tout cas, constate La Croix, « l’horizon est dégagé pour les nombreux projets du président de la République, notamment sur le Code du travail et la moralisation de la vie politique. L’été réformateur s’annonce chargé. Mais tout n’est pas réglé, prévient également le quotidien catholique, compte tenu notamment de la faible expérience de ces nouveaux élus. L’Assemblée nationale, dans la logique du quinquennat, est devenue la chambre d’enregistrement des volontés de l’exécutif. Pourront-ils faire entendre leur voix ? Le défi demeure, pour eux comme pour ceux qui les ont précédés, d’être (enfin) capables, en légiférant, de prendre en compte les aspirations des citoyens. Et de ne pas se contenter d’être à l’Assemblée nationale les “godillots” du renouveau. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail