Accents d'Europe

A Trieste, l’accueil bienveillant des réfugiés

Audio 19:30
La leçon d’histoire donnée par Marco, professeur bénévole à plusieurs réfugiés, pour les aider à une meilleure intégration.
La leçon d’histoire donnée par Marco, professeur bénévole à plusieurs réfugiés, pour les aider à une meilleure intégration. © Clément Mathis
Par : Catherine Rolland
22 mn

Trieste, l’orientale, rattachée à l’Italie seulement depuis 1954. La cité multiculturelle est au moins tournée autant vers la Slovénie, que vers le reste de l’Italie, et elle a toujours été une porte d’entrée de l’immigration. C’est là, en 1998, que le projet SPRAR, Système de protection pour demandeur d’asiles et réfugiés, a vu le jour, une volonté locale d’intégration des arrivants. 1 200 demandeurs d’asile sont logés dans des appartements du centre-ville, suivis par des travailleurs sociaux dans leurs démarches administratives et leur intégration. Clément Mathis.

Publicité

Face au bac français si critiqué, que font nos voisins?
700 000 lycéens français ont planché ce jeudi 15 juin 2017 sur philosophie, première des épreuves du baccalauréat. Créé, il y a plus de 2 siècles déjà, cet examen qui sanctionne la fin du lycée et permet l’accès à l’université, n’a cessé de faire l’objet de critiques depuis des années. Mais, les réformes se font attendre. Le nouveau gouvernement réfléchirait à un système de sélection vers l’université. Une sélection qui est déjà en vigueur dans beaucoup de pays européens où les examens de fin d’études secondaires présentent des différences assez fortes par rapport au bac français. Petite revue de ce qui se fait chez nos voisins. Daniel Vigneron de MyEurop.Info

720 000 lycéens passent le bac général cette année. Ce qui représente un coût élevé, selon les syndicats.
720 000 lycéens passent le bac général cette année. Ce qui représente un coût élevé, selon les syndicats. © DR

La langue corse, en quête de reconnaissance
La Corse réclame depuis longtemps la reconnaissance de sa langue, en vain. En attendant, la pratique du corse risque de se perdre. Certes, quelque 90 000 personnes, soit 45% de la population adulte de l'île, déclarent s'exprimer en corse avec leurs proches. Mais, peu de parents transmettent la langue à leurs enfants. Malgré tout, à l'école, tout est fait pour la revaloriser : dans les écoles maternelles et élémentaires, les enfants apprennent non seulement le corse, mais ils étudient plusieurs matières en corse. Christine Siebert.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail