Invité Afrique soir

Indépendance de Djibouti: «pour le quotidien des Djiboutiens rien n’a changé»

Audio 05:21
Abdourahman Waberi vit aujourd'hui aux Etats-Unis, où il enseigne la littérature francophone.
Abdourahman Waberi vit aujourd'hui aux Etats-Unis, où il enseigne la littérature francophone. ©Paolo Montanaro/creative commons

C’était il y a 40 ans : le 27 juin 1977, la France accordait l’indépendance à l’un de ses derniers territoires d’outre-mer : le territoire français des Afars et des Issas devenu Djibouti. Beaucoup d’observateurs doutent alors de l’avenir du pays. Djibouti est peu peuplé, ethniquement divisé, aux conditions climatiques hostiles et convoité par ses voisins éthiopiens et somaliens. Pourtant, Djibouti fait -40 ans plus tard- figure d’oasis de stabilité, entre l’Ethiopie qui fait face à des troubles politiques, la Somalie en proie au terrorisme et le Yémen ravagé par la guerre. Les grandes puissances y ont installé leurs bases militaires et la Chine en a fait le point de départ de ses routes commerciales en Afrique de l’Est.

Publicité

L’écrivain djiboutien auteur de nombreux romans, Abdourahman Waberi est notre invité. Il se définit comme un « compagnon de route de l'opposition ». Il est interdit de séjour dans son pays et vit aujourd’hui aux Etats-Unis où il enseigne la littérature francophone à la George Washington University.

« Comme les autres pays africains, on pourrait se dire à quoi bon ces indépendances : ‘qu’avons-nous fait, qu’avons-nous apporté à notre pays ?’ Oui on a changé quelques petits détails, on a un drapeau mais pour le quotidien des Djiboutiens rien n’a changé on peut dire que la vie des gens s’est même dégradée…»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail