Revue de presse française

A la Une: l'été chargé de Monsieur Blanquer

Audio 05:50
AFP
Par : Mikaël Ponge
12 mn

Publicité

Le nouveau ministre français de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, va plancher jusqu'à septembre sur un cas d'école : comment faire mieux avec moins de moyens ? La difficulté de la tâche est connue, d'autres avant lui s'y sont cassé les dents. Mais il l'assure dans une interview au Journal du dimanche : dès septembre des réalisations concrètes verront le jour. Pour cela, retour en arrière. Revoilà la semaine des 4 jours. Blanquer, chirurgien promet de « cicatriser les plaies » des reformes mal gérées de ses prédécesseurs. Priorité aussi aux classes de CP pour 100% de réussite. Et pour cela, pas de tabou. Pourquoi ne pas s'inspirer du modèle du privé ou de ce qui se fait à l'étranger. « Le vrai ennemi du service public, c'est l'égalitarisme. Son ami : la liberté » explique Jean-Michel Blanquer.

Et c'est au milieu de l'été que son collègue en charge du logement confirme au Parisien dimanche une mesure qui suscite déjà beaucoup de critiques : la réduction des aides aux logements. 5 euros de moins dès octobre. Tant pis pour les 6,5 millions de Français, dont 800 000 étudiants bénéficiaires, qui comptent chaque sous pour boucler le mois. Pourquoi ce tour de vis ? Le gouvernement, nous rappelle Le Parisien dimanche, met en avant un trou de 140 millions d'euros dans la ligne budgétaire des aides aux logements. Anticipant les critiques, le gouvernement renvoie la responsabilité de la décision à son prédécesseur, qui dit-on, aurait été préparée en catimini, dès le quinquennat Hollande.

François Hollande à la Une du magazine du Parisien

Une maison, des copains, une fondation, et le devenir du PS. L’ex-locataire de l’Elysée petit sourire retenu, en Une du magazine hebdomadaire du Parisien qui est allé à la rencontre des proches de ce nouveau retraité. Petit à petit, François Hollande pose les « pierres de sa vie d’après », « reçoit à tour de bras ». Occupé au lancement de sa fondation, l’ex-président n’en oublie pas moins sa famille.

Le PS, en pleine reconstruction, mais « il n’est pas le marionnettiste qui tire les ficelles » promet son entourage. Des chantiers pour lesquels il est bien épaulé, François Hollande a quitté l’Elysée avec 13 personnes à son service dont les salaires sont payés par l’Etat pendant 5 ans, en plus des quelques 5 200 euros perçus à vie en tant qu’ancien président, auxquels il faut ajouter les presque 10 000 euros de retraite issus de ses divers mandats passés. De quoi s’offrir la belle maison qu’il recherche en terres corréziennes.

Le portrait de 2 avocats toujours dans le magazine du Parisien

Deux ténors du barreau : Maitres Didier Seban et Corinne Hermann. Derrière les cas ultra-médiatiques du petit Grégory, ces deux As des prétoires se battent pour la réouverture de ce qu’on appelle les « cold case », les crimes non élucidés. Plus de 60 dossiers sur leurs bureaux, « une litanie d’horreurs, de femmes, d’enfants, violés, torturés, assassinés ou volatilisés ».

Un travail de fourmi pour sortir ces dossiers de l’impasse. Il faut fouiller, creuser, convaincre et parfois « le miracle se produit ». « En un peu moins de 20 ans, ce duo a permis de retrouver une dizaine de tueurs ». « Une cause, un combat social » d’après les mots de Didier Seban. Preuve que les causes ne sont jamais tout à fait perdues.

La cause d'Evan Mawarire

Pasteur évangélique, Evan Mawarire est devenu en un rien de temps le porte-drapeau de la révolte au Zimbabwe, pays dirigé d’une main de fer par Robert Mugabe depuis 37 ans. Le magazine Marianne lui consacre l’un de ses volets d’été sur les Insoumis. Un soir de 2016, Evan poste sur Facebook, une vidéo dans laquelle il déplore ce que le Zimbabwe est aujourd’hui devenu, fruit explique-t-il d’une « colère accumulée depuis des mois ».

Magie des réseaux sociaux, le phénomène s'emballe. Mawarire reste sourd aux demandes de son père qui le supplie d'arrêter. Au contraire il va plus loin, et appelle a la désobéissance civile. Un passage par la prison, un bref exile aux Etats-Unis. Aujourd’hui Evan Mawarire est de retour au Zimbabwe, la prochaine présidentielle de 2018 déjà dans son viseur.

Le Monde Magazine nous emmène à Grenade en Espagne

La vieille cité andalouse en plein boom qui doit son ouverture sur le monde à Erasmus. Grenade accueille chaque année plus de 2 000 étudiants dans le cadre du programme d’échange européen. Ce qui a permis en 10 ans à l’université de la ville de progresser de 200 places dans le célèbre classement de Shanghaï.

Ces étudiants auxquels les commerçants de la ville peuvent aussi dire merci. Un jeune étranger dépense environ 8 000 euros par année universitaire, 3 000 de plus qu’un Espagnol. Néanmoins, d’après l’article, le million de bébés erasmus nés depuis le lancement du programme en 87 semble largement surévalué. Tous les étudiants rencontrés à Grenade démentent avoir trouvé l’amour en Erasmus.

Un bébé c’est la plaie

Celui qui vient tout bousculer dans votre couple, selon un sociologue interrogé par l’Obs qui consacre son enquête à la charge mentale. Nouveau mot et nouveau mal de notre société, le concept est partout ces dernières semaines. La charge mentale, comprenez la planification et l’organisation des taches au sein du couple.

En gros, mesdames, à la maison vous pensez à tout. Et nous messieurs, à rien, surtout dès lors qu’arrive le 1er enfant. Pourquoi ? Parce que les femmes sont « les chefs d’orchestre de leur petit monde », depuis la nuit des temps, et l’accès au travail n’a rien changé, au contraire. En grimpant jusqu’aux positions dominantes, visiblement les femmes reproduisent la même chose à la maison, selon le sociologue. Un mot d’ordre : déléguer. Pour connaître sa charge mentale, l'Obs a même concocté son propre test.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail