Accéder au contenu principal
La marche du monde

Cameroun: la guerre secrète

Audio 49:30
Editions La Découverte
51 mn

5 ans après leur première enquête sur la guerre cachée au Cameroun, Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsitsa reviennent avec de nouvelles preuves !Ils publient le récit inédit d’un pilote d’hélicoptère français, témoin de la répression du mouvement nationaliste camerounais dans les années 50 et 60. A écouter dans l’émission.

Publicité

Jusqu’au premier week-end de Septembre, la Marche du monde vous propose une sélection de ses meilleurs épisodes.

La guerre secrète au Cameroun est, selon les auteurs, le laboratoire de la Françafrique, car « la France utilise alors les mêmes méthodes qu’en Algérie, mais en sous-traitant partiellement le maintien de l’ordre aux autorités camerounaises qu’elle contrôle. » Une répression évoquée pour la première fois par François Hollande en 2015, six ans après le déni de François Fillion, alors Premier ministre.

A lire : les ouvrages de Mongo Beti, auquel les auteurs dédient leur livre :
- Main basse sur le Cameroun : autopsie d’une décolonisation, 1972 ; Remember Ruben, 1974.
- Peuples noirs, peuples africains, 1978 - 1991 ; La Ruine presque cocasse d’un polichinelle : Remember Ruben 2, 1979.
- Lettre ouverte aux Camerounais, ou La deuxième mort de Ruben Um Nyobé, La France contre l’Afrique : retour au Cameroun, 1993.

Mongo Beti contraint à l’exil pendant plus de trente ans, suite à la censure qu’il a subie dès 1972 par les gouvernements français et camerounais, pour son essai Main basse sur le Cameroun, publié chez Maspero.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.