Bonjour l'Europe

Pologne: une réforme nationaliste des programmes scolaires

Audio 02:32
Le chef du parti conservateur au pouvoir en Pologne, Jaroslaw Kaczynski, à Varsovie, le 24 juin 2016.
Le chef du parti conservateur au pouvoir en Pologne, Jaroslaw Kaczynski, à Varsovie, le 24 juin 2016. REUTERS/Kacper Pempel

La rentrée scolaire en Pologne est placée sous le signe de l’inconnu. A cause, notamment, de l’entrée en vigueur d’une vaste réforme de l’Education nationale. Cette dernière a été votée en urgence en début d’année par les conservateurs nationalistes au pouvoir.

Publicité

Le principal changement de cette rentrée, c’est la suppression des collèges. Depuis 1999, le système scolaire polonais c’était 6 années d’école primaire, 3 ans de collège et 3 ans de lycée. Mais à partir d’aujourd’hui, il y aura 8 ans d’école primaire et 4 ans de lycée. C’est le retour à un système qui était présent en Pologne à l’époque communiste. Un comble lorsque l’on connaît la froideur des relations actuelles entre Varsovie et Moscou.

Dans les faits, cela signifie que les écoles primaires doivent accueillir à partir d’aujourd’hui une marée d’ex-collégiens. Des enfants de 7 ans vont fréquenter les mêmes établissements que des adolescents de 14 ans et de nombreuses municipalités ont fustigé les coûts faramineux de cette réforme.

Changement de système sur fond de refonte des programmes scolaires

Ces réformes vont dans la continuité de celles engagées par le parti Droit et Justice (PiS) depuis son arrivée au pouvoir. Après la justice, la presse, l’environnement, les conservateurs s’attaquent à l’éducation, dans un désir de former les jeunes polonais patriotes à une vision nationaliste du monde. C’est ainsi que Lech Walesa, fondateur du syndicat Solidarité, héros de la lutte contre le communisme en Pologne, et personnage détesté par le PiS, a disparu des programmes. En revanche, les élèves de 10 ans devront apprendre les soldats maudits, ces mouvements de résistance polonais des années 50 qui luttaient contre le communisme. Au lieu de lire Harry Potter, les adolescents devront lire l’intégralité de Messire Thadée, célèbre poème polonais d’Adam Mickiewicz. Ce sont 12 grands chapitres écrits en vers. Il se dit également qu’en biologie, la théorie de l’évolution serait supprimée des programmes au profit de cours de religion...

Des enseignants réticents

La majorité des enseignants se dit très inquiète parce qu’elle va découvrir les manuels scolaires en même temps que les élèves. Ils n’auraient bénéficié que d’une formation de deux heures en avril dernier et aucun ne pensaient avoir à mettre en place une telle révolution dans l’éducation en si peu de temps. L’enseignement pourrait ressembler à celui que la Pologne connaissait 20 ans plus tôt.

Heureusement, grâce à internet, les élèves ont une chance de compléter leurs connaissances par eux-mêmes. De son côté, le Syndicat national des enseignants appelle à la grève le jour de la rentrée et les parents d’élèves vont également manifester devant le ministère de l’Education nationale à Varsovie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail