Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Grèce: bras de fer entre le gouvernement et l'entreprise minière Eldorado Gold

Audio 03:20
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, le 7 juin 2017 à Athènes.
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, le 7 juin 2017 à Athènes. REUTERS/Costas Baltas

Le groupe canadien Eldorado Gold met la pression sur le gouvernement grec. Ce lundi, il a annoncé qu’il comptait suspendre ses investissements sur l’ensemble de ses sites en Grèce. En cause, le manque supposé de coopération du gouvernement grec.

Publicité

Dans un communiqué, la compagnie estime que les délais pour obtenir les permis et les autorisations pour la construction et le développement des mines d’or de Skouries et d’Olympia dans le nord-est de la Grèce sont trop longs. La situation en Chalcidique est bloquée depuis l’arrivée au pouvoir de la gauche radicale de Syriza. Particulièrement à Skouries, ce projet minier rencontre une opposition importante d’une partie de la population locale qui vit du tourisme, mais aussi d’activistes. Même si ces mines ne sont pas directement protégées par les normes de protection de l’environnement Natura 2000, des sites voisins, qui eux le sont, courent un vrai risque de pollution à cause de ce projet et particulièrement la nappe phréatique locale. Le PDG d’Eldorado Gold, Geroge Burns, a choisi de mettre ses investissements en avant. Un milliard d’euros sur l’ensemble de ses sites en Grèce depuis qu’il a racheté ces mines en 2012 pour 2 milliards d’euros.

La pique du ministre de l’Environnement

Giorgos Stathakis a estimé que « l’entreprise canadienne n’a visiblement pas l’habitude d’opérer dans des pays européens ». Il sous-entendait qu’il y a des procédures à respecter, même si 60 % des projets du groupe dans ces deux mines ont déjà été autorisés, selon lui. Dans un communiqué, il a rappelé que l’entreprise doit encore respecter deux conditions du contrat signé avec l’Etat grec. D’abord, Eldorado Gold doit s’assurer que l’extraction des minerais n’aura pas d’impact sur l’environnement. Mais surtout, selon Giorgos Stathakis, la Grèce a insisté pour que la production et pas seulement l’extraction ait lieu en Grèce, mais un différent sur le traitement de ces minéraux précieux les oppose. Pour trancher, plutôt qu’un accord technique, il a recommandé de faire appel à l’arbitrage. Une procédure qui devrait commencer d’ici le 15 septembre selon lui.

Alexis Tsipras met des bâtons dans les roues des investisseurs

En Grèce, l’opposition accuse régulièrement le gouvernement de la gauche radicale de refuser d’autoriser le fonctionnement des mines de Skouries et l’Olympia pour faire le jeu de son électorat. Cette fois-ci, le journal de centre gauche Ta Nea a par exemple titré : « Les investissements ont tenu une journée ». Selon lui, le gouvernement met en jeu 2 400 emplois existants, mais aussi 1 200 postes potentiels, selon les dires du PDG d’Eldorado Gold. Et surtout, selon ce journal tout comme pour le quotidien conservateur Kathimerini, cette nouvelle vient contredire le discours d’Alexis Tsipras de ce week-end à la Foire internationale de Thessalonique. Comme le veut la tradition, le Premier ministre grec y a présenté son programme économique pour l’année. Il s’est notamment félicité du retour des investissements en Grèce en parlant de Grinvest, en opposition au Grexit tant craint ces dernières années. Des dires confirmés par la Banque de Grèce. L’année dernière, les investissements directs étrangers se sont, en effet, élevés à 2,8 milliards d’euros, soit presque aussi bien qu’en 2008, avant la crise.

Le chantage d’Eldorado Gold dénoncé à gauche

Le Journal des rédacteurs explique que la compagnie minière a lancé un ultimatum au gouvernement grec en demandant l’établissement de licences exceptionnelles d’ici le 21 septembre, sinon il stopperait ses investissements. Eldorado Gold, par la voix de son PDG, récuse le terme de chantage et maintient sa position. Pour lui, l’entreprise ne peut simplement pas se permettre une « incertitude sur le résultat de l’arbitrage pendant huit mois ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.