Accents d'Europe

Catalogne: gérer la crise après le chaos…

Audio 19:30
Manifestants pro-indépendance et Guardia Civil se font face à Sant Julia de Ramis, le 1er octobre 2017.
Manifestants pro-indépendance et Guardia Civil se font face à Sant Julia de Ramis, le 1er octobre 2017. REUTERS/Albert Gea

En Catalogne, le référendum sur l’indépendance interdit par Madrid s’est finalement déroulé, le dimancher 1er octobre 2017, dans un climat de violence extrême. Près de 900 blessés.Les images des unités anti-émeutes chargeant la foule à coups de matraques et de tirs de balles en caoutchouc ont fait le tour du monde. Au grand dam du gouvernement espagnol qui a perdu là une possibilité de renouer le dialogue.Les résultats communiqués donnent un taux de participation de 42,3% et 90% de oui pour l’indépendance. Le chef de l’exécutif catalan Carles Puigdemont a demandé une médiation internationale, en l’occurrence de l’Union européenne, pour résoudre la crise.C’est dans ce climat que la mobilisation se poursuit. Dès demain (3 octobre 2017), près de 44 organisations ont appelé à une grève générale. Les syndicats, mais aussi de puissantes organisations citoyennes, comme l’Anc, l’Assemblée Nationale de Catalogne qui travaille depuis des années, hors des organisations politiques, pour un Etat catalan. A Barcelone, Diane Cambon nous explique pourquoi cette ANC est incontournable.

Publicité

Ecrans noirs en Serbie
En Serbie, c’est la presse qui se mobilise contre un pouvoir corrompu. En fin de semaine dernière, tous les médias ont choisi de faire leur Une en noir, une façon d’alerter les citoyens sur ce que serait leur pays sans information indépendante. A Belgrade, Philippe Bertinchamps est allé rencontrer des journalistes harcelés par le pouvoir, mais qui résistent encore.

La fin du collège
Rentrée scolaire décidément chamboulée en Pologne. Il faut dire que le gouvernement populiste conservateur n’a pas lésiné sur la réforme, il a tout simplement supprimé les collèges, on passe désormais de l’école primaire au lycée. De nombreuses associations de parents d’élèves dénoncent une décision, surtout idéologique, qui permet de bouleverser les programmes et les manuels scolaires. C’est donc la mobilisation à Varsovie. Reportage de Maya Szymanowska.

Drôle d’anniversaire en Russie
Pour les 100 ans de la révolution de 1917, le gouvernement Poutine souhaite tout sauf un grand débat national. C’est le constat que fait Courrier international dans son numéro spécial : «Russie les héritiers de la révolution». On y apprend comment Staline reste une des figures les plus populaires du pays, mais aussi comment le Kremlin essaie de réinterpréter l’histoire à son avantage, en présentant la Révolution de février 1917 comme une rupture libérale, alors qu’Octobre 1917, la révolution bolchévique se placerait dans la continuité de l’histoire. C’est ce qu’a expliqué Laurence Habay, rédactrice en chef de ce numéro spécial, à Catherine Rolland.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail