Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Le canal du Bosphore, dernier grand chantier d'Erdogan à Istanbul

Audio 03:18
Levent, un des quartiers d'affaires d'Istanbul.
Levent, un des quartiers d'affaires d'Istanbul. cc Wikimédia / VikiPicture
Par : Alexandre Billette
7 mn

En Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan aime les mégaprojets d’infrastructures et de transports, en particulier à Istanbul, « sa » ville. Un projet que l’on croyait enterré pourrait bien finalement voir le jour : il s'agit du canal Istanbul, une énorme voie d'eau qui serait construite en parallèle du Bosphore. Le chantier pourrait être lancé dans les prochains mois. C'est peut-être le projet le plus fou de Recep Tayyip Erdogan. Eclairages de notre correspondant.

Publicité

de notre correspondant à Istanbul,

Recep Tayyip Erdogan qualifie lui-même ce projet de projet « fou ». De fait, c’est un projet ambitieux, certains diront démesuré puisqu’il s’agit de « doubler » le Bosphore qui traverse Istanbul entre la mer Noire et la mer de Marmara. Le canal serait donc construit à l’ouest de la ville dans la partie européenne, une voie d'eau de près de 50 kilomètres de long sur 400 mètres de large. La péninsule historique d’Istanbul deviendrait une île entre le Bosphore et ce canal. C’est un projet démesuré selon certains car il pourrait transformer radicalement l’écosystème notamment de la mer Noire et il serait accompagné de plusieurs projets immobiliers gigantesques sur ses rives. Un projet qui fait hurler notamment les associations de défense de l’environnement et bien au-delà, l’ensemble de l’opposition au président turc...

Le dernier d’une longue série de « méga-chantiers » qui ont été réalisés sous le règne de Recep Tayyip Erdogan ?

La grande mosquée d'Istanbul sur la colline de Camlica, en octobre 2017. C'est l'un des grands chantiers du président Erdogan.
La grande mosquée d'Istanbul sur la colline de Camlica, en octobre 2017. C'est l'un des grands chantiers du président Erdogan. REUTERS/Jamal Saidi

Certains chantiers ont été réalisés comme le troisième pont sur le Bosphore ou encore le tunnel qui passe sous le Bosphore… Toujours à Istanbul d’autres projets ont déjà été lancés et sont en voie d’être terminés, comme la plus grande mosquée d’Europe et le plus grand aéroport du monde, le troisième aéroport d’Istanbul, qui devrait ouvrir dans un an… Ou encore un énorme terminal maritime en forme de goéland géant qui est aussi en construction en plein coeur de la ville.

Tous ces projets sont vraiment très importants pour Recep Tayyip Erdogan. C’est une façon pour lui de laisser une marque physique dans « sa » ville pour la postérité. Certains diront aussi que c’est aussi une façon pour le gouvernement de l’AKP de « remercier » les géants du secteur des BTP qui ont accompagné le parti depuis son arrivée au pouvoir il y a quinze ans avec des chantiers et donc des appels d’offres de plusieurs centaines de millions d’euros.

Un projet de canal qui a lui aussi des chances de voir le jour ?

Le canal Istanbul est peut-être le plus compliqué des méga-projets à mettre en oeuvre, le plus onéreux aussi… Il a même des incidences diplomatiques puisque le Bosphore est régi par une convention qui permet à tous les pays riverains de la mer Noire de pouvoir l’emprunter sans restriction. La construction d’un nouveau canal soulève donc des questions sur son statut juridique et diplomatique.

Il y a aussi d’énormes impacts environnementaux, et visiblement même les concepteurs du projet sont encore assez incertains puisque plusieurs tracés sont  envisagés pour le canal et aucun n’a encore été officiellement choisi. En revanche l’annonce faite par Recep Tayyip Erdogan la semaine dernière indique bien que le président turc ne compte pas abandonner.

Il l’a dit ce projet, c’est son rêve et de toute évidence il semble décidé à le réaliser malgré les inquiétudes et malgré les conséquences potentiellement néfastes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.