Accéder au contenu principal
Chronique des médias

Russia Today (RT) se lance en en France

Audio 02:37
Capture d'écran du site internet de RT en France.
Capture d'écran du site internet de RT en France. francais.rt.com

La chaîne Russia Today (RT) prévoit de se lancer en France avant Noël 2017.

Publicité

C’est à quelques pas de la tour TF1, à Boulogne-Billancourt, que sera installée RT France, la chaîne d’info francophone financée par l’Etat russe qui sera diffusée par satellite sur l’Europe, l’Afrique du Nord et le Canada. La chaîne assure disposer de 20 millions d’euros pour assurer son lancement, à la fin décembre, avec une cinquantaine de journalistes et un positionnement anti-mainstream, comme elle dit, c’est-à-dire à contre-courant des médias occidentaux, ce qui lui vaut d’être assimilée à un outil de propagande du Kremlin. Pour se distribuer dans les box TV, RT France cherche encore des opérateurs du câble et des télécoms, mais ceux-ci ne semblent pas pressés de l’intégrer dans leurs offres. Ils attendent de voir la chaîne.

En France, RT France a déjà un site internet qui a été mis en cause par le président Macron. Le président français a qualifié RT « d’organe d’influence » lui déniant un statut de chaîne d’info avec des journalistes, en référence sans doute au fait qu’elle a évoqué, pendant la campagne, la fausse nouvelle d’un compte secret du candidat aux Bahamas, tout en le démentant par la position d’En Marche.

Alors RT, Russia Today, mérite-t-elle d’être couverte d’opprobre ou faut-il au contraire la défendre ? La réponse est complexe. Il suffit d’écouter sa présidente Xenia Federova pour mesurer combien la chaîne épousera en tout point les positions de la Russie. Bachar al-Assad a-t-il employé des armes chimiques contre son peuple ? « Les médias sont insistants pour le dire, répond-elle, mais en Syrie, c’est difficile de vérifier l’information ». Les persécutions contre les homosexuels en Tchétchénie ? « C’est très compliqué d’avoir une enquête sur place sur la réalité des faits ». Est-il possible de critiquer Poutine sur RT ? « Nous ne sommes pas sur la critique, mais sur l’information », dit-elle.

Ainsi, cette chaîne donne comme elle dit « l’autre versant de l’histoire », même si ce versant est très contestable dans sa volonté d'apporter une vérité alternative. Et en même temps, refuser à cette chaîne le droit d’exister, aurait un arrière-goût de guerre froide. Poutine n’a pas manqué de rappeler que si RT America était soumise à des restrictions, à la suite de l’enquête sur ses tweets qui auraient pu influencer l’opinion américaine pendant les élections, il apporterait une réponse immédiate, par exemple sur Voice of America en Russie. En France, le CSA a accordé une licence à la chaîne en 2015, mais il reste méfiant. Surtout que la russophile Hélène Carrère d’Encausse a démissionné du comité d’éthique de la chaîne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.