Aujourd'hui l'économie

Les GAFA sur la sellette

Audio 03:33
GAFA, les géants du Web: Google, Apple, Facebook, Amazon.
GAFA, les géants du Web: Google, Apple, Facebook, Amazon. Damien MEYER / AFP

Les géants du net sont-ils devenus trop puissants ? C'est la question que se posent de plus en plus d'élus américains à la faveur de l’affaire de cette ingérence russe dans la campagne présidentielle via les médias sociaux.

Publicité

Longtemps cantonné dans les milieux les plus conservateurs, très hostiles à la Silicon Valley, le débat sur la puissance des GAFA rebondit au Congrès avec l’affaire de l’ingérence russe dans la campagne de la présidentielle via les médias sociaux. Même dans les rangs du parti démocrate largement financé par les géants du net. C’est un sénateur démocrate Marck Warner qui est à la manœuvre dans l’audition en cours des représentants de Facebook, Twitter et Google. Lui qui s’est enrichi en investissant dans des start-ups avant d’entrer en politique veut maintenant contrôler l’activité des GAFA.

Ce sénateur démocrate soutient un projet de loi obligeant les médias sociaux à déclarer les sociétés achetant des publicités à vocation politique.

Ce qui équivaut à une remise en cause du modèle économique de ces entreprises. La publicité en ligne constitue le principal revenu de Google. Or le fait que des usines à troll basées en Russie aient acheté des pubs sur sa plateforme YouTube démontre bien qu’il y a des failles dans son système de surveillance. Google comme Facebook ou Twitter ont d’abord tenté d’échapper à la curiosité des élus, mais maintenant ils répètent sur tous les tons qu’ils sont prêts à coopérer et c’est ce qu’ils font devant le congrès. Leur objectif ultime étant d’éviter toute tentative de régulation.

Certains conservateurs comparent les Google, Facebook et autres grandes entreprises du net aux trusts pétroliers du 19e siècle accusés alors de tuer la concurrence.

C’est vrai que la taille de ces entreprises les met souvent en position de quasi-monopole. Le géant du commerce sur internet Amazon concentre la moitié des achats en ligne. Google c’est 80 % des recherches en ligne, Facebook 70 % des échanges sur mobile. Selon Steve Bannon, l’ancien conseiller ultra de Donald Trump, les services rendus quotidiennement par les GAFA sont devenus tellement importants ans la vie quotidienne des Américains qu’on peut les considérer comme des services publics qui doivent être régulés.

La loi anti trust pour les GAFA

Cette loi conçue pour casser des monopoles issus du 19e siècle a évolué, mais elle n’est pas encore adaptée à la nature de ces entreprises. Elle n’a rien prévue sur la gestion des données par exemple, la poule aux œufs d’or des entreprises de la nette économie. Enfin cette loi n’est pas faite pour casser les entreprises grandies trop vite, mais d’abord pour défendre le consommateur. Or ce dernier est plutôt choyé par les GAFA. Les services qu’ils proposent sont quasiment gratuits ou bien à des prix défiants toute concurrence. Difficile d’attaquer sous cet angle. C’est apparemment aussi l’avis des investisseurs. A la bourse ils continuent à plébisciter les actions des géants de la Tech.

En France, les grandes entreprises seront exceptionnellement surtaxées en 2017

Un impôt unique pour rembourser un autre impôt, l’impôt sur les dividendes décidé en 2012 et finalement retoqué par le Conseil constitutionnel. Bruno Le Maire le ministre de l’Economie a confirmé hier que l’impôt sur les sociétés des grands groupes français passerait cette année de 33 à 38 % voire de 33 à 45 % pour ceux qui réalisent un chiffre d’affaire supérieur à trois milliards d’euros. Le Medef crie à l’injustice et le gouvernement promet d’abaisser ultérieurement l’impôt sur les sociétés comme Emmanuel Macron l’a promis pendant la campagne.

Bientôt des visas touristiques pour se rendre en Arabie saoudite

Jusqu’à maintenant le royaume wahhabite délivrait ce type de visas seulement au moment du pèlerinage de la Mecque. Mais pour relancer l’économie, le prince Mohammed Ben Salmane compte désormais sur le tourisme et il veut donc encourager la venue des étrangers. Plusieurs projets de méga complexes hôteliers ont été annoncés sur la Mer rouge tout comme dans le nord-ouest du pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail