Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Visite d’Haley en RDC: «Le contenu du message n’est pas particulièrement ferme», selon J. Stearns

Audio 05:25
Le président de la République démocratique du Congo Joseph Kabila lors de son allocution devant l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, le 23 septembre 2017, à New York.
Le président de la République démocratique du Congo Joseph Kabila lors de son allocution devant l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, le 23 septembre 2017, à New York. REUTERS/Eduardo Munoz

C’est une visite qui a fait couler beaucoup d’encre en République Démocratique du Congo. L’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Nikki Haley, a pourtant quitté Kinshasa depuis quatre jours maintenant. L’émissaire de Donald Trump a insisté sur la tenue des élections au plus tard en 2018, sous peine de perdre tout soutien de la communauté internationale. Une déclaration diversement appréciée. Les uns estimant qu’elle viole l’accord politique de la Saint-Sylvestre qui prévoyait des élections d’ici la fin de l’année, les autres qu’il s’agit d’une ingérence intolérable dans un processus national. Y a-t-il encore une stratégie des Etats-Unis et de la communauté internationale au Congo ? Pour en parler, Sonia Rolley reçoit Jason Stearns, directeur du groupe d’études sur le Congo, rattaché à l’université de New York.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.