Accéder au contenu principal
Éco d'ici éco d'ailleurs

Migrations rurales en Afrique: la voie vers le développement?

Audio 49:30
Champ de maïs en Afrique du Sud.
Champ de maïs en Afrique du Sud. © Waldo Swiegers/Bloomberg via Getty Images

En Afrique, la population devrait doubler d'ici 2050. Et il y aura bientôt un milliard d'habitants dans les villes de ce continent. Des villes où la classe moyenne se développe. Mais, les plus pauvres des Africains, ce sont les paysans. Alors, les paysans africains quittent-ils leurs terres ? Migrent-ils vers les villes ? Ces départs sont-ils si importants qu'on puisse parler d'exode rural ? Est-ce un phénomène positif ou négatif ? Cette migration interne s'accompagne-t-elle d'une urbanisation maitrisée ?Ce sont les thèmes dont on parle aujourd'hui dans Eco d'ici Eco d'ailleurs, avec l’éco-démographe Jean-Marie Cour et avec Laurent Bossard, directeur du secrétariat du club des pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest.

Publicité

A Madagascar, ces dernières années, le phénomène migratoire s'est intensifié. Un Malgache sur trois vit en milieu urbain selon une étude de la Banque mondiale. C'est la conséquence de la dégradation des activités agricoles, de l'insécurité et de la précarité foncière. La capitale Antananarive est la ville qui subit le plus cette pression migratoire. En dix ans, sa population a triplé pour atteindre près de trois millions d'habitants. Mais, la capitale est bien loin de pouvoir accueillir ceux qui fuient la précarité de la vie à la campagne.

Madagascar : le phénomène migratoire s'intensifie

Au Tchad, à la fin de l'hivernage, des centaines de jeunes filles et garçons quittent les villages pour la capitale où ils exercent de petits métiers afin de subvenir à leurs besoins. Cet exode de courte ou longue durée permet à ces jeunes d'améliorer relativement leurs conditions de vie.

Tchad: l'exode pour améliorer ses conditions de vie

Au Burkina Faso, de nombreux jeunes abandonnent leur village pour se rendre à la capitale Ouagadougou. Ils sont à la recherche d'une vie meilleure. Mais, leurs espoirs sont souvent déçus. Ils vivent de petits boulots, et dorment à la belle étoile ou dans des logements de fortune. Tous les matins, ils arpentent les rues de la capitale burkinabè en quête de travail.

Burkina Faso: les espoirs déçus de ceux qui choisissent l'exode rural

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.