Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Italie: Ostie, sous l’emprise de la mafia, doit renouveler son conseil municipal

Audio 04:08
Des membres du parti CasaPound donnent une conférence à leur siège de Rome en Italie, le 9 Novembre 2017.
Des membres du parti CasaPound donnent une conférence à leur siège de Rome en Italie, le 9 Novembre 2017. REUTERS/Tony Gentile

Dimanche prochain 19 novembre, les habitants d’Ostie, ville située à l’est de Rome, vont élire- au second tour- leur nouveau président du conseil municipal. Le conseil avait été dissout en 2015 pour infiltrations mafieuses. Deux candidates, l’une soutenue par une coalition de droite et l’autre par le Mouvement 5 Etoiles, sont au coude à coude. La campagne électorale a été marquée par les pressions du mouvement néo-fasciste CasaPound dont le candidat a obtenu 8 % des voix au 1er tour. Puis le 7 novembre, un membre d’une famille mafieuse, Roberto Spada, 42 ans, a fracturé le nez d’un journaliste de la Rai, Daniele Piervincenzi, en lui assénant un coup de tête alors que celui-ci l’interrogeait sur ses liens avec CasaPound. Une agression qui a suscité une vague d’indignation en Italie. Une manifestation organisée par la Fédération nationale de la presse (FNSI) et l’association anti-mafia Libera se tiendra à Ostie jeudi prochain. Et, ce samedi 11 novembre, la Maire de Rome, Virginia Raggi, était en tête d’une marche « contre la violence fasciste et mafieuse ».

Publicité

de notre correspondante à Rome,

 

Pour les touristes, Ostie, située à 35 km de la capitale, est « la plage de Rome » et ellequi attire toujours beaucoup de monde durant les beaux jours.

Cette localité de 250.000 habitants est un arrondissement de Rome. Ostie, qui a connu un boom des constructions de logements bon marché à partir de 1960 est devenue, au fil des ans, une zone franche pour des clans mafieux. Ces clans, dont celui de la famille Spada, se partagent le trafic de stupéfiants, le racket des établissements balnéaires, les extorsions.

 

Bien que placée sous tutelle en 2015, pour une durée maximale de deux ans conformément à la loi en vigueur, rien n’a changé. Ostie reste gangrénée par la culture mafieuse. Avant sa dissolution, le conseil municipal était présidé par un élu de centre gauche qui n’a pas fait mieux que ses prédécesseurs de centre droit ou de droite aussi les électeurs se détournent-ils des urnes: au 1er tour, 36 % d'entre eux ont voté. Au second tour, le taux de participation pourrait rester aussi bas.

 

Mouvement d'indignation après les agressions

 

L’agression d’un journaliste mardi par un des caids de la famille Spada a fait réagir les institutions, la presse, les associations anti-mafia. Il y a eu un mouvement d’indignation en Italie. Mais la marche (le 11 novembre) pour la légalité voulue par la maire de Rome, Virginia Raggi, a eu un succès très relatif : moins de 2000 personne y ont participé. Et certains ont interprété cette initiative comme une promotion de la candidate locale des 5 Etoiles à la présidence du conseil municipal.

 

Le vrai problème c’est que depuis plus d’un quart de siècle des clans mafieux font leur loi à Ostie. Les intimidations, les menaces de mort sont récurrentes et elles nourrissent la peur,l’omertà. L’agression bestiale du journaliste Daniele Piervincenzi et les blessures dont a fait l’objet son caméraman, Edoardo Anselmi, sont des faits très graves mais pas isolés. Par exemple, une journaliste du quotidien La Repubblica, spécialisée sur la criminalité organisée à Ostie, menacée par le clan Spada, vit sous escorte depuis 2013. Cette femme, Federica Angeli, qui habite Ostie et a trois enfants, résiste, dit-elle, « au nom de la liberté », « au nom de la légalité ». Mais la majorité des habitants se tait.

 

Roberto Spada arrêté et incarcéré

 

Le clan Spada n’a ainsi aucune difficulté à évacuer un appartement HLM occupé légalement pour en prendre possession illégalement, par la violence. Cela parce qu’Ostie a été abandonnée par l’État. Délaissée par les politiques de tous bords.

 

Roberto Spada a été arrêté jeudi 9 novembre et incarcéré, accusé de coups et blessures, aggravés par « la méthode mafieuse » ce qui a permis de le placer sous les verrous, 48 h après les faits. En 2016, son frère, Carmine Spada, a été condamné à dix ans de réclusion pour extorsion mafieuse. Pour autant, le clan et ses ramifications ne sont pas anéantis. Les résultats du second tour des municipales seront très intéressants à analyser car les Spada, et leurs complices, ont bien fait campagne. A leur manière...

 

► Daniele Piervicenzi travaille pour l'émission hebdomadaire d'investigation «Nemo» diffusée sur la chaîne du service publique RAI 2.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.