Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Nucléaire et réchauffement climatique: les reculades franco-allemandes

Audio 19:30
Le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre des Fidji et président de la COP23 Frank Bainimarama, et la chancelière allemande Angela Merkel, le 15 novembre 2017 à Bonn.
Le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre des Fidji et président de la COP23 Frank Bainimarama, et la chancelière allemande Angela Merkel, le 15 novembre 2017 à Bonn. REUTERS/Wolfgang Rattay
Par : Catherine Rolland
23 mn

Malgré les grandes déclarations d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel hier (15 novembre 2017) à Bonn, pour l’avant-dernière journée de la COP23, les faits sont têtus.La France ne remplira pas ses objectifs de désengagement nucléaire, comme l’avait promis le gouvernement français au début du mandat. C’est le ministre de l’Environnement Nicolas Hulot qui l’a avoué le 8 novembre 2017.Quant à l’Allemagne, elle ne pourra pas tenir ses objectifs de réduction d’émissions de CO2 de 40% d’ici 2020. La faute aux mines de charbon qui tournent à plein régime pour pallier le désengagement du nucléaire. L’Allemagne, faux bon élève de la lutte contre le réchauffement climatique. Julien Méchaussie.

Publicité

Dans le reste de l’Europe, quelle est encore la part du nucléaire dans la production énergétique ? Le tableau est très contrasté. Le point avec Daniel Vigneron, de MyEurop.Info.

A l’école «La tortue qui court», les enfants sont libres d’écouter ou de jouer.
A l’école «La tortue qui court», les enfants sont libres d’écouter ou de jouer. © Kosan Kulumbaga Okulu

Une autre école en Turquie
Pour l’instant, ils ne sont que très minoritaires au sein du système éducatif turc. Des parents d’élèves font vivre un réseau d’écoles alternatives au nom évocateur : «Une autre école est possible». Très loin du système classique – qu’ils jugent trop disciplinaire – ces familles rassemblées en coopératives s’efforcent de créer des lieux, où les enfants se sentent «comme chez eux». Anne Andlauer.

La menace des sangliers en Grèce
C’est l’une des conséquences de l’urbanisation, mais aussi de la désertification des campagnes. En Europe, les sangliers se sont multipliés ces 30 dernières années. Le problème est aigu en Grèce, notamment dans la région de l’Epire. Là-bas, les villages se sont vidés au fur et à mesure des vagues d’émigration. Et la forêt a peu à peu repris ses droits, les animaux sauvages se sont rapprochés des habitations, au grand dam des paysans. Charlotte Stiévenard.

Les fédérations de chasse auraient lâché dans la nature, il y a quelques années, des centaines de sangliers métissés avec des cochons. Ils ravagent les cultures aujourd’hui.
Les fédérations de chasse auraient lâché dans la nature, il y a quelques années, des centaines de sangliers métissés avec des cochons. Ils ravagent les cultures aujourd’hui. © Wikimedia Commons

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.