Aujourd'hui l'économie

Xavier Rolet, le Français de la City brutalement remercié

Audio 03:31
Le Français Xavier Rolet fut le Chief executive officer de la Bourse de Londres de mars 2009 à novembre 2017.
Le Français Xavier Rolet fut le Chief executive officer de la Bourse de Londres de mars 2009 à novembre 2017. Policy Exchange/wikimedia.org

Publicité

La décision est tombée hier matin, mercredi, comme un couperet. Le London Stock Exchange a voulu ainsi mettre un point final à la violente bataille médiatique et procédurière déclenchée pour sauver le soldat Rolet. Car quand la bourse a annoncé son intention de se séparer de lui il y a un mois, la stupeur d’une partie des actionnaires a très vite cédé le pas à la colère et à la mobilisation de l’un d’entre eux, un investisseur activiste. C’est-à-dire un financier rompu aux attaques boursières éclair et aux décisions brutales qui suivent en général pour muscler les profits de sa proie, sans grand égard pour le personnel.

Et c’est justement parce que Xavier Rolet a su faire bondir la rentabilité de la bourse de Londres que cet investisseur a pris fait et cause pour lui.

Depuis l'arrivée de Xavier Rolet en 2009, la valeur de la bourse de Londres est passé de 800 millions à 14 milliards de livres. Sous sa houlette le LSE a mis la main sur plusieurs sociétés financières très lucratives, comme la chambre de compensation LCH, une des plus importantes d'Europe ou le spécialiste des indices Russell. L’actionnaire trublion exigeait donc une explication publique sur les causes réelles du renvoi. Impensable à la City où l’on règle ses affaires en toute discrétion.

Connait-on la raison de son éviction ?

Une banale histoire d’hommes, de duel au sommet. Celui avec qui il a formé pendant de longues années un duo de choc, Donald Brydon, convoitait son poste, et aurait donc manœuvré pour l’écarter. Cette offensive feutrée se retourne contre lui, puisqu’il été également congédié hier, avec un sursis de quelques mois à son poste de président. Pour les briscards de la City, ce feuilleton n’est qu’une tempête dans un verre d'eau, « a storm in a cup of tea », mais il fallait au plus vite ramener le calme car la maison est déjà bien assez préoccupée par le Brexit. C'est à cause du Brexit que la fusion avec la bourse allemande a échoué, une opération qui aurait fait du LSE un géant des marchés. Pendant ce temps les concurrentes européennes occupent le terrain. Mercredi Euronext qui contrôle Paris Amsterdam Bruxelles et Lisbonne a annoncé le rachat de la bourse de Dublin.

Que va devenir Xavier Rolet ?

Après avoir encaissé les 12 millions de livres que lui doit son employeur en salaires et prime de rendement, ce passionné d'apiculture aura le loisir de se consacrer à ses abeilles. A moins qu'il ne fasse son miel d'un retour au bercail. Cet enfant des HLM de Sarcelles, en banlieue parisienne, n'était plus en cour à Paris depuis le Brexit, souvent accusé de soutenir les intérêts de Londres plutôt que ceux de son pays. Le voilà libre, et pourquoi pas disponible pour conseiller les places financières européennes promptes à défier la City ?

⇒ En bref,

Le Tchad sous la menace du défaut de paiement

D'après l'agence Bloomberg, les négociations avec son principal créancier, la maison de négoce de matières premières Glencore ont échoué après cinq mois de discussions. Le Tchad lui doit un milliard de dollars. Depuis 2013 Glencore renfloue le Tchad en gageant tous ses prêts sur le pétrole.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail