Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le charbon n'est plus rentable en Europe

Audio 01:57
La centrale à charbon de Nottinghamshire, au Royaume-Uni.
La centrale à charbon de Nottinghamshire, au Royaume-Uni. Getty Images/Jeremy Walker

Evaluer le risque climatique pour la finance, c'est un des thèmes du sommet sur le climat organisé à Paris cette semaine. Le groupe de réflexion Carbon Tracker prévient les investisseurs qu'en Europe, l'électricité à base de charbon n'est déjà plus un placement rentable.

Publicité

Investisseurs, fuyez le charbon en Europe. C'est en substance le message des analystes de Carbon Tracker. Ce groupe de réflexion, spécialisé dans l'analyse du risque climatique pour les marchés financiers, a étudié les comptes de 619 centrales à charbon d'Europe. Plus de la moitié ne sont déjà plus rentables. Et dans moins de douze ans, la quasi-totalité tournera à perte.

Le charbon s'écroule face au boom des énergies renouvelables.

L'augmentation des capacités éoliennes et solaires, à un coût de plus en plus faible, a fait plonger les prix de gros de l'électricité. 54% des centrales à charbon ne sont plus assez rémunérées pour couvrir leurs frais de fonctionnement, malgré le faible coût de la matière première (même le lignite, encore moins cher que le charbon, car il faut le laver, pour une production de courant inférieure à la tonne).

Et l'avenir est encore plus sombre pour le charbon en Europe. À partir de 2021, les normes de qualité de l'air seront plus strictes, les opérateurs vont devoir investir dans des systèmes de filtration des émissions polluantes, ce qui va alourdir encore leur bilan.

Pendant ce temps, le coût des technologies vertes devrait encore baisser : un projet éolien coûtera moins cher que de faire fonctionner une centrale à charbon existante à partir de 2024, un projet solaire à partir de 2027.

Sans compter que dans l'intervalle, le prix des droits à polluer devrait tripler sur le marché européen des échanges carbone.

D'ici 2030, les opérateurs de centrales à charbon pourraient perdre 22 milliards d'euros en Europe, selon Carbon Tracker. Les opérateurs allemands encaisseraient le tiers de ces pertes, 7 milliards. Les Polonais, 3 milliards.

Pourtant seuls 27% des centrales à charbon d'Europe ont prévu de fermer d'ici 2030.

Le secteur du charbon est un mort-vivant, mais il espère que quelques fermetures chez les concurrents feront remonter les prix de l'électricité. Et il compte sur le soutien des États. Seuls sept pays de l'Union européenne ont prévu de fermer leurs centrales à charbon d'ici 2030 (le Royaume-Uni, le Danemark, la Finlande, l'Italie, la France, les Pays-Bas et le Portugal). La Pologne s'y refuse, de même que l'Espagne : elle a versé une aide de 400 millions d'euros pour que les centrales à charbon s'équipent de filtres, ce que la Commission européenne considère comme un avantage concurrentiel déloyal.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.