Accéder au contenu principal
La une de la presse cette semaine à Kinshasa

A la Une de la presse cette semaine à Kinshasa

Audio 02:59
Des manifestants protestent contre le pouvoir en place, le 20 décembre à Kinshasa.
Des manifestants protestent contre le pouvoir en place, le 20 décembre à Kinshasa. REUTERS/Thomas Mukoya

Publicité

« Debout Congolais, levons-nous et marchons. » Ce titre du Potentiel est accompagné d’une caricature. Des crânes, des cadavres et des hommes criant de rage qui brisent leurs chaines. Et sur la légende on peut lire : « Les chaînes de Mobutu étaient en acier trempé… Nous les avons brisées ! Les chaînes de la MP (comprendre majorité présidentielle), c’est de la camelote, en avant ! ».

Selon La Prospérité, « le comité laïc de coordination passe aux actes ». « Comme en 1992, il en appelle, une fois de plus, à la tenue d’une marche pacifique, le 31 décembre 2017 à Kinshasa et dans les provinces de la RDC », explique le journal qui rappelle que le 2 décembre 2017, « le comité laïc de coordination a pris la communauté nationale et internationale à témoin, invitant nos gouvernants à respecter les mesures de décrispation de la scène politique, telles que décidées par l’accord de la Saint Sylvestre ». « Selon ce comité laïc de coordination, poursuit le journal, la volonté politique d’agir dans le sens de la paix et du service à la communauté est totalement absente ».

« Le 31 décembre 2017, levons-nous pour sauver l’avenir du Congo », écrit de son côté La Manchette, qui parle d’ « un message fort [Comité Laïc] à la nation ». « Le 31 décembre : les catholiques dans la rue ! », ajoute Le Phare. Progrès Hebdo estime pour sa part que « les catholiques mènent le combat du siècle ».

Calendrier

Autre titre dans les journaux de Kinshasa cette semaine : « Où en est-on avec la liste actualisée des partis politiques ? », s’interroge enfin La Tempête des Tropiques qui se préoccupe de la mise en œuvre du calendrier des élections 2017-2018. Elle était attendue pour le 21 décembre au plus tard. Or, explique le quotidien, « Si cette liste n’est pas publiée comme prévu, ledit calendrier aura ainsi enregistré un autre retard », puisque la nouvelle loi électorale elle aussi est toujours en attente, faute de consensus entre l’Assemblée nationale et le Sénat.

Le journal rappelle que le chef de l’Etat avait jusqu’au 15 décembre pour la promulguer. Le fera-t-il dans ce contexte en court-circuitant le sénat  ? Ou la loi sera-t-elle de nouveau débattue lors de la session parlementaire extraordinaire convoquée pour le 2 janvier pour aboutir à un consensus  ? La presse kinoise s’interroge.

« Les dissensions autour du projet de loi électorale pourraient s’inviter à cette session extraordinaire, estime La Tempête des Tropiques. Pour qui « au regard de la sensibilité de cette matière qui requiert un consensus au sein de la classe politique en vue des élections apaisées ».

Le Potentiel estime lui que si elle était promulguée en l’Etat, ce serait un « putsch de la MP au Parlement » et « un prélude à un chaos électoral ». Sans attendre, le journal estime déjà que « la MP a réussi son coup en faisant passer la version de la loi électorale révisée, adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale », pour qui « la loi du plus fort a fini par s’imposer ».

Quoi qu’il en soit, pour L’Avenir, « la session extraordinaire du parlement s’imposait au vu des matières jugées urgentes qui n’avaient pas encore été épuisées ». Parmi ces matières, le confrère cite la révision du code minier encore en cours au Sénat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.