Accéder au contenu principal
Éco d'ici éco d'ailleurs

Le commerce mondial à plein régime

Audio 49:30
Le directeur général Roberto Azevedo, lors de la 11e conférence ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le 10 décembre 2017.
Le directeur général Roberto Azevedo, lors de la 11e conférence ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le 10 décembre 2017. REUTERS/Marcos Brindicci

Après deux années de recul, le commerce mondial est reparti en avant. Que ce soit en valeur ou en volume, les chiffres sont en hausse. C’est le reflet du regain de forme de l’économie mondiale. Pourtant, on pensait que les tentations protectionnistes du président Trump déprimeraient les échanges marchands. D’autant plus que les barrières protectionnistes semblent se multiplier. Si les Etats n’arrivent plus à contrôler les flux commerciaux, c’est peut-être parce que les grandes multinationales ont trouvé les moyens, là aussi de contourner les obstacles au commerce, et que les besoins d’une population mondiale croissante sont croissants.C’est en tout cas ce dont Jean-Pierre Boris s’entretient avec ses deux premières invitées de l’année 2018, les économistes Cécilia Bellora, au CEPII (www.cepii.fr) et Corine Vadcar, analyste senior à l’Institut Friedland (www.institut-friedland.org).

Publicité

 ⇒ Autres éléments

1 / En Argentine, le secteur agricole bénéficie des mesures économiques du gouvernement de Mauricio Macri arrivé au pouvoir, il y a deux ans. Soja, maïs, tournesol, la production et les exportations sont au plus haut. Le blé notamment a battu tous les records avec une hausse de 10% des exportations de 2016 à 2017. C'est un reportage Eco d'ici Eco d'ailleurs signé Aude Villiers-Moriamé à Buenos-Aires.

Reportage Buenos-Aires / Aude Villiers

1 / ECO D'ICI ECO D'AILLEURS /Argentine : nouvelle culture du blé VF-OK

Reportages- Commerce mondial

2 / Ecoutez ce que disait la ministre des Affaires étrangères argentine Susanna Malcorra, à l'issue de la 11ème conférence ministérielle de l'OMC. C'était à Buenos-Aires, le 13 décembre 2017. Et Susanna Malcorra répondait à la question d'un journaliste sur les limites de l'action de l'OMC. On écoute Susanna Malcorra.

2 / ECO D'ICI ECO D'AILLEURS / Susanna MALCORRA -OK

3 / La Chine est le numéro 1 du luxe dans le monde, du vrai et du faux. C'est le plus gros marché au monde pour les marques de luxe. Mais, dans le même temps, les Chinois sont les principaux producteurs de contrefaçons. Ecoutez ce reportage Eco d'ici Eco d'ailleurs dans l'univers du luxe, le vrai et le faux, il est signé Heike Schmidt à Pékin.

Reportage Chine / Heike Schmidt

3 / ECO D'ICI ECO D'AILLEURS / CHINE : Luxe vrai et faux VF-OK

4 / Le continent africain est celui qui joue le rôle le moins important dans les échanges commerciaux internationaux. Environ 2% des échanges. Le Maroc, par exemple, importe l'essentiel de ses besoins énergétiques. Dans l'autre sens, le royaume exporte des produits agricoles et du phosphate. Mais surtout, le pays mise sur sa position de carrefour entre l'Europe et l'Afrique d'un côté, les mondes arabe et asiatique de l'autre. Les opérateurs marocains se voient comme des intermédiaires, des facilitateurs d'échanges. A Casablanca, c'est un reportage Eco d'ici Eco d'ailleurs signé Sara Doublier.

Reportage Casablanca / Sara Doublier

4 / ECO D'ICI ECO D'AILLEURS / Maroc : commerce mondial-OK

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.