Accéder au contenu principal
Vous m'en direz des nouvelles !

Vies volées, Buenos-Aires place de mai

Audio 49:30
Couverture de la bande dessinée «Vies volées, Buenos-Aires place de mai», de Matz et Mayalen Goust.
Couverture de la bande dessinée «Vies volées, Buenos-Aires place de mai», de Matz et Mayalen Goust. Crédits: Rue de Sèvres

C’est un drame politique et humain dont on n’a pas fini de mesurer les conséquences aujourd’hui. La disparition de 500 enfants, arrachés à leurs parents par une dictature militaire, celle qui a sévi en Argentine dans les années 1976-1983, et élevés dans des familles qui n’étaient pas les leurs. Certains ont été retrouvés et ont appris leur vraie filiation, notamment grâce à une association, les Grand-Mères de la Place de Mai, du nom de l’endroit où elles ont pris l’habitude de se réunir pour réclamer justice. D’autres enfants ont grandi dans l’ignorance, et apprendront peut-être un jour la vérité, qu’ils vivront plus ou moins bien. C’est leur histoire que nous racontent nos deux invités, dans une fiction basée sur la réalité, un album dessiné par Mayalen Goust et scénarisé par Matz. L’album s’intitule Vies volées, Buenos-Aires place de mai, et il est paru aux éditions Rue de Sèvres.Jean-Pierre Bousquet est l'ancien correspondant pour l’Agence France Presse à Buenos-Aires, dans les années 1975-1980. Il a publié en 1982, chez Stock, un livre référence intitulé Les Folles de la Place de Mai. Il nous raconte la naissance de ce mouvement.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.