Afrique économie

Madagascar, les deux plans pour accélérer le développement de la Grande Île

Audio 02:19
L'ex-président malgache Andry Rajoelina veut proposer des solutions pour relancer le développement de Madagascar avec «Initiative Emergence Madagascar».
L'ex-président malgache Andry Rajoelina veut proposer des solutions pour relancer le développement de Madagascar avec «Initiative Emergence Madagascar». AFP/Stephane De Sakutin

Discret depuis 4 ans après une présidence malgache qu’il occupait de 2009 à 2014, Andry Rajoelina a fait sa rentrée médiatique en lançant « Initiative Emergence Madagascar », IEM, c’était le 26 janvier au Petit Palais - Musée des beaux-arts de la ville de Paris, devant un parterre d’invités malgaches et d’ailleurs.

Publicité

A l’image de certains pays sur le continent africain, Madagascar possède un sous-sol qui regorge d’importantes ressources minières, mais la Grande Île figure parmi les 20 pays les plus pauvres du monde. En lançant Initiative Emergence Madagascar, l’ancien Président Andry Rajoelina veut que cette île africaine de l’océan Indien rattrape le retard de son développement. « C’est une plateforme qui rassemble des experts nationaux et internationaux, pour apporter une solution concrète au pays, parce que aujourd’hui, Madagascar est à genoux. Nous avons tout pour réussir. Est-ce qu’il est pensable aujourd’hui que Madagascar ne possède que 320 méga watts en termes de production d’électricité, pour 25 millions d’habitants ? »

Initiative Emergence Madagascar affiche la volonté de proposer des solutions pour accélérer le développement, avec le concours d’experts dans différents domaines, dont la pêche. Lors de la séance d’annonce de l’IEM par exemple, était présente une opératrice dans la filière de la pêche, l’armatrice marocaine Hind Lahrichi. « Nous, avec 2 500 km de côtes, on fait vivre à peu près 3 millions de personnes. Donc vous imaginez Madagascar avec le double [5 000 km de côtes] pourrait faire la même chose, sinon plus. Nous avions vécu une désorganisation du secteur, ce que vit Madagascar actuellement : le secteur de la pêche n’est pas organisé du tout. Que Monsieur le Président s’attèle à organiser un plan pour le secteur de la pêche ; c’est une organisation scientifique qui a réussi au Maroc et qui pourrait aisément réussir à Madagascar. »

Depuis la réorganisation du secteur de la pêche marocaine, la filière emploie aujourd’hui 600 000 personnes au lieu de 400 000 auparavant.

Un « plan émergence 2030 » aussi proposé par le Président actuel

Pour le promoteur d’Initiative Madagascar, le développement de la Grande Île est freiné par des luttes politiques… Une idée que partage Naina Andriantsitohaina. Le président du conseil d’administration de la Banque malgache de l’océan Indien (BMOI) est séduit par Initiative Emergence Madagascar. « C’est la volonté de faire du concret. Ce qui nous a manqué pendant toutes ces décennies et là on sent que il y a la volonté d’avancer et surtout de ne pas promettre seulement. Très vite, il faut qu’il y ait un grand chantier pour que ça redémarre. On ne comprend pas que pendant toutes ces décennies on ait fait les choses à l’envers. »

Le président malgache actuel, Hery Rajaonarimampianina, a annoncé le 25 janvier un « plan émergence 2030 », devançant de 24 heures l’annonce de l’Initiative Emergence Madagascar de son prédécesseur. Le lancement officiel de l’IEM devrait avoir lieu dans les prochaines semaines sur la Grande Île.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail