Accéder au contenu principal
La une de la presse cette semaine à Kinshasa

A la Une de la presse cette semaine à Kinshasa

Audio 02:59
Un Kinois pose devant une église de la capitale, avant la «marche des chrétiens» le 21 janvier 2018.
Un Kinois pose devant une église de la capitale, avant la «marche des chrétiens» le 21 janvier 2018. AFP Photos/JOHN WESSELS

Ce dimanche 25 février, une autre « marche des chrétiens » devrait avoir lieu en RDC, toujours à l’appel du CLC, le Comité laïc de coordination. Les manifestants veulent obtenir l’application intégrale de l’Accord de la Saint-Sylvestre, accord conclu le 31 décembre 2016 entre l’opposition et la majorité présidentielle pour gérer cette période où le mandat du président Joseph Kabila a déjà pris fin.

Publicité

« La tension monte déjà », titre La Tempête des Tropiques. Selon ce quotidien « Organisations de la société civile, mouvements citoyens et partis d’opposition affichent leur détermination pour la réussite de cette grande manifestation pacifique ». Dans ce journal, le Collectif d’action de la société civile « exhorte l’armée et la police à ne pas réprimer les manifestants parmi lesquels se trouvent leurs enfants… » « La répression sera de nouveau au rendez-vous », prévient La Manchette qui ne voit dans l’attitude du pouvoir en place « aucune volonté d’accepter que la contestation s’installe dans la rue ». « Les Congolais s’attendent donc à de nouvelles violences et à de nouvelles coupures du réseau internet mobile, comme c’est désormais la coutume avant chaque manifestation »

Le Potentiel estime que « l’interdiction des marches est anti constitutionnelle ». Le Potentiel reproduit dans ses colonnes l’interview de Mgr Ambongo accordée à Radio Vatican. Et le journal note : « alors que certains détracteurs voyaient déjà des signes de division au sein de l’épiscopat catholique, notamment à propos de l’organisation des marches pacifiques, Mgr Fridolin Ambongo dit qu’il n’en est rien »

L’Observateur et La Prospérité, eux, posent la question de savoir « Pour qui roule le CLC ? » « …voulant combler les défaillances de l’opposition, certains hommes d’Église se sont convaincus de se substituer aux opposants et de descendre ainsi directement dans une arène où la valeur n’est ni la morale ni la modération » ; on peut lire dans cette analyse publiée simultanément dans les deux quotidiens. Signée de simples initiales, cette analyse rejette la responsabilité des morts du 31 décembre et du 21 janvier 2018 sur « le CLC, les évêques qui l’instrumentalisent, sur le G7 et enfin les officines des milieux de la haute finance logées à Bruxelles ».

« Éleveurs étranges au Kwango et au Kwilu », c’est un autre titre dans les journaux du Congo Kinshasa… Des éleveurs qui traversent le pays de part et d’autre avec du bétail à vendre… Partis d’Uvira et de Kalemie, ils se retrouvent aujourd’hui dans deux entités de l’ex-province du Bandundu… « De la transhumance à la cohabitation », écrit Le Potentiel qui explique : « Depuis l’arrivée massive de ces éleveurs et de leurs troupeaux, une psychose règne au sein des communautés locales qui refusent de manger tout ce qui est viande de vache ».

Et, selon le journal« une rumeur fait croire que la consommation de la viande de ces vaches est dangereuse pour la santé ». Réponse du caucus des parlementaires de la contrée dans le journal La Prospérité : « Ces bêtes ne sont pas empoisonnées ». Une délégation est partie de Kinshasa pour essayer de créer des conditions d’intégration.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.