Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Lettonie: le pays ébranlé par plusieurs scandales financiers

Audio 03:07
Ilmars Rimsevics, le gouverneur de la Banque centrale de Lettonie, le 20 février 2018.
Ilmars Rimsevics, le gouverneur de la Banque centrale de Lettonie, le 20 février 2018. REUTERS/Ints Kalnins
Par : Marielle Vitureau
6 mn

Depuis quelques semaines, la Lettonie est secouée par plusieurs scandales financiers. Le gouverneur de la banque centrale est soupçonné de corruption. Une grande banque, ABVL, s’est déclarée en faillite après avoir été accusée de blanchiment d’argent par le Trésor américain.

Publicité

De notre correspondante à Vilnius,

C’est un coup de massue pour ce pays d’Europe de l’Est. En l’espace d’une semaine, la banque ABVL a dû fermer, alors qu’elle était en très bonne santé économique. Après une tentative de sauvetage, la Banque centrale européenne (BCE) a finalement imposé un gel des paiements, puis a décidé, quelques jours plus tard, que la banque n’était plus viable, ce qui a provoqué la décision d’ABVL de se mettre en liquidation. Depuis le 3 mars, elle a commencé à rembourser ses clients.

D’un autre côté, la surprise n’en est pas vraiment une. La Lettonie a un secteur bancaire très important par rapport à la taille de son pays. De nombreuses banques travaillent avec les non-résidents venant d’anciens pays soviétiques ou de Russie. La valeur des dépôts de ses non-résidents s’élève à 8 milliards d’euros en 2018 sur 19 milliards, selon l’organisme de régulation du secteur bancaire. ABVL avait déjà dû payer plus de 3 millions d’euros d’amende en 2016 pour avoir siphonné plus d’un milliard d’euros des banques moldaves, selon les informations de Rebaltica, un site d’enquêtes.

Des accusations sérieuses venant des Etats-Unis

Le Trésor américain écrit que ABVL, née d’une petite banque locale en 1993, est impliquée dans des programmes illégaux de développement d’armes avec la Corée du Nord. Cette pression des Etats-Unis n’est pas récente pour nettoyer le secteur bancaire qui travaille en dollars. Les discussions et les pressions sont continuelles ces dernières années tant en privé qu’en public, comme à l’occasion de la visite de Joe Biden à Riga.

En 2016, avant son adhésion à l’OCDE, la Lettonie a donné un coup de collet et a adopté une loi contre le blanchiment d’argent. Les amendes ont été relevées par exemple. Ces dernières années, le montant des dépôts des non-résidents baisse, mais la question du blanchiment reste taboue selon un parlementaire impliqué dans la lutte anti-corruption.

Des accusations de corruption qui font tâche

Le Trésor américain accuse aussi ABVL d’avoir versé des pots-de-vin à des hauts fonctionnaires lettons. Le gouverneur de la banque centrale est lui aussi visé par une enquête de justice pour avoir reçu plus de de 100 000 euros de dessous de table. La réputation internationale de la Lettonie est entamée.

C’est pour cette raison que des députés ont déposé un texte au Parlement afin d'inciter le gouverneur à démissionner et les éditoriaux vont dans ce sens. Dès le début du scandale, le Premier ministre a annoncé des mesures anti-corruption. 2018 est une année électorale pour le pays. Les élections sont désormais urgentes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.