Accéder au contenu principal
Invité Afrique soir

Bénin: verdict du procès des faux médicaments, un geste fort selon la Fonac

Audio 02:20
Les trois juges ont retenu contre les prévenus les délits «d’exercice illégal de pharmacie et de vente de médicaments falsifiés». (photo d'illustration)
Les trois juges ont retenu contre les prévenus les délits «d’exercice illégal de pharmacie et de vente de médicaments falsifiés». (photo d'illustration) CC0 Pixabay/stevepb

Cinq grossistes en médicaments béninois ont écopé d'une peine de quatre ans de prison ferme et de 100 millions de francs CFA d'amende. Ils ont été jugés ce matin à Cotonou. Le procès dit « des faux médicaments » avait démarré en mars dernier. C'est le premier procès d'une telle envergure pour une affaire de trafic de médicaments. Il impliquait notamment un député, Mohammed Atao. Des centaines de cartons de médicaments ont été saisis chez lui. Depuis lors, Mohammed Atao s'est enfui. Mais malgré cela, l'issue de ce procès reste un geste fort, selon Jean-Baptiste Elias, le président du Front des organisations nationales contre la corruption (Fonac) du Bénin.

Publicité

« Ce qui est important à retenir, c’est que désormais au Bénin, on doit savoir que les médicaments constituent des produits importants qui ne peuvent pas circuler dans de mauvaises conditions d’une part, d’autre part les médicaments ne peuvent pas être entre les mains de ceux qui ne sont pas autorisés à le faire. [...] Tous ceux qui s’adonnent à de telles pratiques doivent savoir que désormais le règne de l’impunité est exclu dans ce domaine-là et qu’il va falloir aller de l’avant. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.