Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Charbon: la matière noire a encore de beaux jours devant elle

Audio 01:19
Une barge de charbon est remorquée sur la rivière Musi, à Palembang, au sud de Sumatra, en Indonésie, le 7 mars 2018.
Une barge de charbon est remorquée sur la rivière Musi, à Palembang, au sud de Sumatra, en Indonésie, le 7 mars 2018. ©Antara Foto/Nova Wahyudi/ via REUTERS
Par : Myriam Berber
4 mn

Glencore, le géant suisse du négoce et des mines, va racheter des mines de charbon à l’Australien Rio Tinto pour 1,3 milliard d’euros. Le charbon, qui n’est pas la matière première la plus en vogue aujourd’hui, a encore des beaux jours devant lui, notamment dans les pays émergents.

Publicité

Ce sont les deux dernières mines de charbon de Rio Tinto, après la vente, l’an dernier, de ses exploitations houillères, de Hunter Valley en Australie, au chinois Yan-Coal. Il y a ceux, comme Rio Tinto, qui se désengage du charbon, une énergie très polluante qui a mauvaise réputation. Et en face, il y a ceux, comme Glencore, qui renforcent leur position.

Le groupe australien est convaincu que le charbon a encore un bel avenir, devant lui. Parmi les énergies fossiles, la matière noire est, en effet, la plus abondante et la moins chère. Depuis 2014, la production mondiale de charbon reculait, mais elle est repartie à la hausse depuis l’an dernier. Sous l’effet de la forte consommation dans les pays émergents.

L’Asie concentre, aujourd’hui, les trois quarts, de la demande mondiale, contre 50% il y a quinze ans, en raison du développement économique et de la démographie galopante.

En Inde, troisième consommateur mondial, le charbon est à l'origine de 80% de l’électricité. Et en Chine, il représente 60% des besoins énergétiques du pays. Au Vietnam, en Indonésie et au Pakistan, l'usage du charbon se renforce également.

Et même si sa consommation a fortement reculé en Europe et en Amérique du Nord, la fin du charbon n'est pas encore pour demain. Selon l'AIE, l'Agence internationale de l'énergie, la planète devrait en consommer plus de 5,5 milliards de tonnes à l'horizon 2021.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.