Chronique des matières premières

La Chine taxe 128 produits américains... mais pas le soja

Audio 01:58
Des containers avec de la marchandise, sur le port de Nanton, dans la province du Jiangsu.
Des containers avec de la marchandise, sur le port de Nanton, dans la province du Jiangsu. REUTERS/China Daily

La Chine réplique aux taxes américaines sur l'acier et l'aluminium chinois, en imposant ce lundi des taxes sur 128 produits américains. En majorité des produits agricoles, dont les fruits et le porc, mais curieusement pas le soja.

Publicité

La Chine impose des taxes de 15 à 25% sur une centaine de produits agricoles américains. Les Etats-Unis auront désormais beaucoup plus de mal à vendre notamment leurs fruits en Chine, ils y faisaient un tabac. En particulier les cerises. Le fruit rouge a rapporté à lui seul 122 millions de dollars aux arboriculteurs américains l'an dernier.

En Chine, le marché semblait prometteur, avec des opérations spéciales en ligne qui pouvaient donner lieu à plusieurs dizaines de milliers de tonnes vendues en une journée par les grossistes chinois. Le marché asiatique était également juteux pour les fruits secs des Etats-Unis, en particulier les amandes, la Californie en a expédié pour 100 millions de dollars l'an dernier.

Un revers pour des secteurs de l'agriculture américaine

Si l'on ajoute le porc américain désormais taxé à 25%, c'est probablement 1,8 milliard de dollars d'exportations agricoles perdues pour les Etats-Unis. Les produits concurrents d'Europe, du Canada ou d'Australie prendront leur place. La Chine pourrait aussi encourager sa propre production de cerises ou de pommes, et elle pourra mieux protéger sa propre production porcine.

Un revers donc pour des secteurs entiers de l'agriculture américaine, mais l'essentiel, le soja américain, est préservé. C'était pourtant une menace que brandissait Pékin, or le soja rapporte 12 milliards de dollars aux Etats-Unis. Un revenu autrement plus important.

Préserver le soja, un choix stratégique

Mais le gouvernement chinois n'a pas les moyens de se priver de la graine oléagineuse américaine. Pour nourrir ses élevages, les récoltes de l'Argentine et du Brésil n'y suffiraient pas et d'autant moins cette année avec la sécheresse argentine. Le soja a déjà connu une inflation néfaste à la balance commerciale chinoise et Pékin ne va pas se tirer une balle dans le pied en renchérissant davantage ses importations de soja !

Taxer les cerises ou les amandes porte moins à conséquence pour Pékin. De même que taxer l'éthanol américain, la Chine n'en a plus guère besoin pour en faire du biocarburant, depuis qu'elle a libéré les stocks publics de maïs chinois, disponibles désormais pour fabriquer de l'éthanol en Chine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail