Nouvelles technologies

Henry, robot sexuel pour dames

Audio 02:11
Le robot Henry avec un de ses concepteurs.
Le robot Henry avec un de ses concepteurs. ©YouTube/RealBotix

« Bientôt, nous ne saurons plus qui est robot et qui est chair » nous promettaient d’éminents roboticiens. Et c’est fait, annonce la société américaine RealBotix avec la commercialisation d'Henry, le premier robot masculin destiné au plaisir des dames.

Publicité

Fatalement cela devait arriver ! À force de créer des androïdes de plus en plus réalistes qui nous ressemblent comme deux gouttes d’eau. Des machines d’apparence humaine qui nous invitent aujourd’hui à troquer nos compagnes ou encore nos maris biologiquement déficients contre des copies ultra réalistes, plus performantes. L’offre a définitivement rejoint la demande, comme le prouve la multitude de robots de plaisir conçus pour la bagatelle.

Ce marché, estimé actuellement à 30 milliards de dollars, s’adresse à 95% aux hommes, convient-il de préciser. Alors pour faire bonne mesure, après la commercialisation controversée de son robot de plaisir Harmony, destiné principalement à la gent masculine, la société américaine RealBotix, a annoncé l’arrivée d’Henry. L’androïde a été conçu principalement pour les femmes seules à la recherche d’un compagnon de substitution idéal. 1m80, des biceps plein les manches, du moins quand il est habillé. Ce poids plume de 40 kilos, avec son regard de braise serait capable de raviver n’importe quelle libido en berne, affirment ses concepteurs.

Doté d’un « moteur de personnalité » qui lui donne un semblant de tempérament, la bestiole robotique peut entretenir la conversation afin de charmer sa belle. Sujets préférés   Les films romantiques ou les dernières séries TV à la mode. Le tourtereau cybernétique sait même faire des blagues, roucouler des chansons d’amour, déclamer des poèmes, précise RealBotix.

Sur le plan physique, tout est paramétrable à la commande de l’engin coquin. Sans oublier l’essentiel et ses choix multiples, des cucurbitacées avec des cosses sur le côté, aux petits zoziaux vibratoires, qui permettrait au robot d’afficher des « performances sexuelles surhumaines », selon ses créateurs. Mais de toute évidence, Henry doit encore se perfectionner, la tête de notre satyre synthétique serait la seule partie vraiment robotisée, son pilotage, peu glamour, nécessite de télécharger au préalable une application sur Smartphone.

« Les femmes ont les mêmes problèmes de solitude que les hommes. Les gens appellent nos réalisations des poupées sexuelles, mais la plupart du temps c’est de l’amitié » argumente le PDG de Realbotix. Notre avatar affectif siliconé n’est cependant pas donné. Il coûte entre 11 000 et 15 000 dollars, selon le modèle et les options proposées. Mais quand on aime, on ne compte pas ! Nous démontrant par la même occasion que les promesses d’un amour virtuel et artificiel, nous rendraient aujourd’hui complètement aveugles.

Vous avez des suggestions ? Vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail