Débat du jour

La Turquie et l'occident peuvent-ils encore être partenaires?

Audio 19:30
Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre bulgare Boyko Borissov, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, à Varna, le 26 mars 2018.
Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre bulgare Boyko Borissov, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, à Varna, le 26 mars 2018. © Bulgarian Government Press Office/Handout via REUTERS

Il fut un temps où la Turquie était l'un des plus fidèles alliés de l'occident. Elle en était même la vigie stratégique aux portes du monde arabe et du Moyen-Orient. Mais ça, c'était avant. Avant le coup d'état manqué de juillet 2016 et les purges qui s'en sont suivie de la part du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan. Depuis, ce n'est plus pareil. La Turquie est toujours membre de l'OTAN, et elle est toujours officiellement candidate à l'entrée dans l'Union européenne, mais une distance, une méfiance semble bien s'être installée pour de bon, et peut-être encore plus depuis son intervention directe en Syrie contre les alliés kurdes des Occidentaux. La Turquie et l'occident peuvent-ils encore être partenaires ? C'est la question du jour.

Publicité

Pour en débattre :

- Frédéric CHARILLON, professeur de science politique à l’Université d’Auvergne, l’Inalco et l’ENA.

- Ali KAZANCIGIL, politologue, directeur de la revue géopolitique Anatolie et co-auteur du livre « La Turquie, d'une révolution à l'autre », éditions Fayard.

Rejoignez Le débat du jour sur Facebook ou sur Twitter.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail