Reportage Afrique

[Série Afrique du Sud] Coopération entre un fermier blanc et un fermier noir 3/3

Audio 02:14
La coopération entre fermiers est nécessaire et se base sur le volontariat. Le gouvernement donne parfois du matériel aux nouveaux fermiers noirs, les programmes de formations sont encore trop rares pour leur permettre une bonne gestion de leur terre.
La coopération entre fermiers est nécessaire et se base sur le volontariat. Le gouvernement donne parfois du matériel aux nouveaux fermiers noirs, les programmes de formations sont encore trop rares pour leur permettre une bonne gestion de leur terre. ©WIKUS DE WET/AFP

En Afrique du Sud, la question de la répartition des terres est toujours très sensible, marquée par un déséquilibre flagrant entre fermiers blancs et fermiers noirs. Ce débat a refait irruption dans le pays après l’arrivée au pouvoir de Cyril Ramaphosa en février dernier. Une motion a été passée au Parlement pour changer la Constitution et y inscrire le principe d’expropriation de fermiers sans compensations financières.Certains trouvent cette décision trop radicale, d’autres au contraire, veulent rétablir le déséquilibre historique de la répartition des terres en Afrique du Sud le plus vite possible. Il existe pourtant une voie intermédiaire. Malgré la lente redistribution des terres aux fermiers noirs, certains parviennent à s’en sortir grâce à une coopération avec les agriculteurs déjà installés depuis des décennies. Noé Hochet-Bodin s’est rendu dans le Free State pour rencontrer un fermier blanc ayant accompagné un jeune fermier noir à ses débuts.