Vous m'en direz des nouvelles !

Napoléon stratège au Musée de l'Armée

Audio 48:30
Chaudet Antoine Denis (1763-1810) (d'après) Thomire Pierre-Philippe (1751-1843), «Aigle du drapeau du 25e régiment d'infanterie de ligne».
Chaudet Antoine Denis (1763-1810) (d'après) Thomire Pierre-Philippe (1751-1843), «Aigle du drapeau du 25e régiment d'infanterie de ligne». © Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand

Après Napoléon et l'Europeet Napoléon à Sainte-Hélène, le Musée de l'Armée aborde une nouvelle facette de l'histoire de Napoléon Bonaparte, celle du stratège. Dans cette exposition, les visiteurs peuvent admirer des portraits d’époque, des pistolets à silex, des épées et des sabres, mais aussi des bicornes ou des habits de généraux et même la longue vue utilisée par Bonaparte pendant la bataille des Pyramides. Mais c’est aussi et peut-être surtout une exposition qui nous place dans la tête, dans le cerveau de Napoléon.Comment le stratège préparait-il ses campagnes, comment les remportait-il ? Où est-il allé puiser sa science militaire ? Emilie Robbe, la conservatrice en chef du patrimoine au département moderne du Musée de l’Armée répond à ces questions et présente l’exposition « Napoléon Stratège » qui est à visiter jusqu’au 22 juillet au Musée de l’Armée aux Invalides à Paris.Reportage de Laxmi Lota sur l'exposition Wonderland ou l'art de la Rébellion au Mima.

Publicité

Antoine-Jean Gros (1771-1835), Le général Bonaparte sur le pont d’Arcole, vers 1796
Antoine-Jean Gros (1771-1835), Le général Bonaparte sur le pont d’Arcole, vers 1796 © BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / Daniel Steiner

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail