La une de la presse cette semaine à Kinshasa

A la Une de la presse cette semaine à Kinshasa

Audio 03:00
Kamanda wa Kamanda.
Kamanda wa Kamanda. © Thomas Nicolon

Une fois de plus, cette semaine la politique s’est imposée à l’avant-plan de l’actualité en RDC.

Publicité

Comme la semaine dernière, certains journaux ont parlé des tractations qui seraient en cours pour un rapprochement entre le président Kabila et l’UDPS. « Fatshi dément », titre Forum des As, qui ajoute : « L’UDPS et son président ne sont ni demandeurs ni preneurs d’une quelconque offre de ce genre. »

Fatshi, c’est Félix Antoine Tshisekedi qui, cité dans le journal, parle d'une « campagne diffamatoire des forces centrifuges du pouvoir et des complexés politiques contre le président de l’UDPS ».

Dans La Prospérité et Le Potentiel, qui publient la mise au point de Félix Tshisekedi, on peut lire que « l’UDPS place l’intérêt supérieur du peuple au premier plan ».

De son côté, Le Maximum, bihebdomadaire, affirme que lors de sa rencontre mardi avec les députés de la majorité présidentielle et ceux du Palu, « le président Kabila n’a fait état ni de quelconques tractations avec qui que ce soit, ni de formation de nouveau gouvernement ».

Pour sa part, La Tempête des Tropiques reproche au président d’avoir ce jour-là « stigmatisé le groupe ethnique Nande ». « Les propos tenus par le chef d’Etat plantent les décors d’un amalgame ethniciste qui peut avoir des conséquences génocidaires », expliquent les élus nationaux Nandé cités par le quotidien. Le quotidien qui ne livre pas lesdits propos.

A la Une aussi cette semaine, les suites de la conférence des donateurs sur la crise humanitaire en RDC. Sous le titre « Gêne à Genève », Le Maximum relève que des 1,7 milliard, ou plutôt 2,2 milliards escomptés, les organisateurs de la conférence n’ont réuni que moins du tiers ou du quart et encore essentiellement sous forme de promesses et non d’engagements fermes.

Pour le bihebdomadaire, c’est « un terrible désaveu pour certains acteurs politiques et sociaux qui se sont empressés de tourner en dérision la décision des autorités gouvernementales de ne pas participer à cette collecte de la honte ».

Le Potentiel, de son côté, estime que « le gouvernement créer la cacophonie autour de la gestion des fonds humanitaires ». « Avec la création de l’agence de gestion des fonds humanitaires, Kinshasa vient de mettre ses menaces à exécution, celles de reprendre le leadership dans la coordination de l’assistance humanitaire sur son territoire », rapporte le quotidien.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail