Reportage international

Arménie: Gyumri, là où tout a commencé

Audio 02:31
Nikol Pashinyan, le leader de l'opposition lors d'une marche à Gyumri, le 27 avril 2018.
Nikol Pashinyan, le leader de l'opposition lors d'une marche à Gyumri, le 27 avril 2018. ©Karen MINASYAN/AFP

L’Arménie retient son souffle. Mardi, le Parlement se réunit pour élire le prochain Premier ministre. La semaine dernière, Nikol Pachinian, le meneur du mouvement de contestation, n’a pas réussi à s’imposer, le parti républicain ayant décidé de voter contre. Cette fois, un accord semble avoir été trouvé. L’Arménie serait donc en passe de renverser un gouvernement pacifiquement. Le mouvement de protestation, qui a déjà poussé Serge Sarkissian à la démission a débuté de façon tout à fait confidentielle fin mars, en province. C’est de Gyumri, la deuxième ville du pays située près de la frontière turque, que Nikol Pachinian a lancé son mouvement. Une ville, l’une des plus riches du temps de l’URSS, aujourd’hui l’une des plus pauvres d’Arménie.