Débat du jour

Plan Banlieue: Faut-il y voir une forme de renoncement ou une rupture nécessaire ?

Audio 19:30
Le président de la République française Emmanuel Macron lors de la présentation de la poltique du gouvernement pour les banlieues françaises.
Le président de la République française Emmanuel Macron lors de la présentation de la poltique du gouvernement pour les banlieues françaises. AFP/Ludovic Marin

C'était la semaine dernière, Emmanuel Macron recevait 600 personnes à l'Élysée, élus locaux, députés, maires, habitants et habitantes des banlieues, représentants et représentantes d'associations pour leur présenter les leçons qu'il avait tiré du rapport que lui avait remis quelques jours plus tôt Jean-Louis Borloo. « Avant tout chose, je ne vais pas vous faire un discours, ça peut en décevoir certains, et je ne vais pas non plus vous annoncer un plan ville, un plan banlieue ou quoi que ce soit, parce que cette stratégie est aussi âgée que moi. Il y a eu des choses qui ont été faites, mais on est au bout de ce que ça a pu produire sur cette méthode. Nous nous devons d’inventer ensemble une méthode, un rythme, sans doute différents ». Un non-discours d'une heure et demie tout de même, pour présenter non pas un plan donc, malgré quelques annonces, mais « une méthode et une philosophie » censée mettre fin à l'ostracisation croissante de certains quartiers et de leurs habitants. Que penser de cette nouvelle approche ? Faut-il y voir une forme de renoncement ou une rupture nécessaire ?

Publicité

Pour en débattre :

Stéphane TROUSSEL, Président du Département de la Seine-Saint-Denis

Pierre-Alain RAPHAN, député LREM (10e circonscription de l'Essonne)

Anne CHARPY, fondatrice et directrice de l’association de Voisin Malin, réseau d’habitants dans les quartiers populaires.

Tribune d'Anne Charpy dans Médiapart

 

Rejoignez Le débat du jour surFacebook ou sur Twitter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail