Accéder au contenu principal
Les preuves, des faits

Après l'exploit de Mamoudou Gassama, les théories du complot

Audio 04:22
Mamoudou Gassama à la sortie de la préfecture de Seine-Saint-Denis où lui a été remis un titre temporaire de séjour, le 29 mai 2018.
Mamoudou Gassama à la sortie de la préfecture de Seine-Saint-Denis où lui a été remis un titre temporaire de séjour, le 29 mai 2018. GERARD JULIEN / AFP

Certains ne croient pas à l'exploit de Mamoudou Gassama. Les vidéos montrant le jeune malien de 22 ans sauver un enfant de 4 ans d’une chute mortelle ont été remises en cause par plusieurs utilisateurs sur les réseaux sociaux... des adeptes des théories du complot. Ces propos complotistes sont facilement identifiables, et toujours loin de la réalité.

Publicité

Tout part d'unepremière vidéo. Elle montre l'acte de Mamoudou Gassama le 26 mai à Paris. Une vidéo d'assez mauvaise qualité, mais on voit l'immeuble, les balcons, cet enfant suspendu, extirpé ensuite par Mamoudou Gassama. C'est la première vidéo donc celle qui a été la plus relayée. Sur le réseau social Twitter, plusieurs n’y croient pas et évoquent une « mise en scène ».

• Que fait le voisin ?

A côté du balcon se trouve un voisin. Une barrière sépare les deux balcons. Ce voisin a la main tendue vers l'enfant. L'image est en contre plongée, - filmée par en dessous - laisse supposer que ce voisin pouvait retenir l'enfant. L’angle de la prise de vue ne montre pas la distance qui sépare cet homme du jeune garçon de 4 ans, en réalité trop éloigné.

• Comment l’enfant peut-il tenir accroché au balcon ?

La vidéo est floue, l'enfant semble tenir par la seule force de ses bras à la balustrade. Ce qui paraît peu probable. D'autres ont même pensé très sérieusement qu'il s'agissait d'un mannequin en plastique sur le balcon. Là encore, les témoins sur place ont vu l'enfant tenir grâce au grillage du garde corps. Ses pieds sont logés dans les interstices, ce qui lui permet de tenir.

• Les questions posées sur les réseaux sociaux doivent-elles être posées ? Le doute exprimé par certains est-il légitime ?

Dans un premier temps, des questions peuvent toujours être posées. Mais maintenant, elles ont trouvé leur réponses. Continuer d'alimenter la thèse du coup monté, c’est participer à la construction des théories du complot : des mots, des phrases distillées sur les réseaux sociaux, pour ensuite se retrouver à la télévision, avec des propos comme ceux tenus par le polémiste André Bercoff. Il soutient que « des questions ne sont pas élucidées »... Des interrogations qui virent en fait au complotisme. Par ailleurs, Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a été saisi après les propos d'André Bercoff.

• De quoi ces propos sont-ils le nom ?

Les propos complotistes permettent d'abord de se placer au-dessus de la mélée. De dire : « Je doute, je ne crois pas aux versions officielles...» comme s'il y avait une version officieuse, inconnue sauf par les initiés. Derrière cela, émerge un discours politique. L'objectif, c'est bien de discréditer la naturalisation de Mamoudou Gassama. Certains ont soutenu que l'acte, ce sauvetage est orchestré par des associations de défense des migrants.

• Comment départager le vrai du faux dans ces cas-là ?

Des réflexes sont à adopter, particulièrement sur les réseaux sociaux. Alexandre Capron, journaliste aux observateurs de France 24, recommande ainsi « de varier les angles ». Ainsi, pour un seul et même événement, « il y a toujours plusieurs vidéos et plusieurs points de vue. Pour reprendre l’exemple de Mamoudou Gassama, plusieurs vidéos ont été postées par la suite. Elles invalident toutes les théories du complot, en montrant que l’enfant tient grâce au grillage… et que le voisin ne peut pas l’atteindre. » Son sauvetage par Mamoudou Gassama est donc à ce moment là bien vital.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.