Carrefour de l'Europe

L’Italie, le nouveau laboratoire de la droite européenne

Audio 49:00
Luigi Di Maio, Giuseppe Conte et Matteo Salvini au Sénat à Rome, le 5 juin 2018.
Luigi Di Maio, Giuseppe Conte et Matteo Salvini au Sénat à Rome, le 5 juin 2018. AFP/Andreas Solaro

Avec Matteo Salvini, le leader de la Ligue à l’intérieur et Luigi Di Maio le chef du Mouvement 5 étoiles à la tête d’un vaste ministère économique et social le gouvernement de Giuseppe Conte a mis le cap à la droite de la droite.Résolument anti-migrants, la première décision hautement symbolique de Matteo Salvini a été d’interdire à l’Aquarius, un navire qui recueille des migrants, d’accoster dans un port italien. Si les principales promesses électorales des deux formations, au coût exorbitant pour le budget de l’Etat : l’instauration d’un taux unique de taxation des revenus et la mise en place d’un revenu universel sont provisoirement reportées, l’inquiétude des Européens restent grandes. Que s’est-il passé pour que l’Italie historiquement europhile devienne un pays euro-déçu et eurosceptique ? Giuseppe Conte sera-t-il le patron d’un nouveau laboratoire de la droite européenne ?

Publicité

Avec :
- Ettore Recchi, professeur de sociologie à Sciences-Po Paris.
Plus d’infos : ici
- Alberto Alemanno, professeur de droit européen à HEC.
Son site : ici
- Eric Jozsef, correspondant de Libération en Italie. En ligne de Rome.
Plus d’infos : ici

Avec Maria Afonso, et Carole Lyon de Courrier International

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail