Accéder au contenu principal
Afrique économie

La diversification alimentaire pour nourrir et protéger la planète

Audio 02:14
En Afrique, des entrepreneurs diversifient les ressources alimentaires en valorisant la production d'insectes, très riches en protéines.
En Afrique, des entrepreneurs diversifient les ressources alimentaires en valorisant la production d'insectes, très riches en protéines. RFI/François Porcheron
Par : Stanislas Ndayishimiye
6 mn

La première édition du Forum Planet A s’est tenue la semaine dernière à Châlons-en-Champagne dans le nord-est de la France. Elle a réuni près de 400 participants venus de 32 pays ; des experts, des chercheurs, des représentants du monde politique et de la société civile. Développer les circuits commerciaux locaux pour les produits agricoles, c’est le souhait de certaines ONG, mais pas seulement. De jeunes entrepreneurs du commerce en ligne ou du commerce traditionnel en Afrique innovent et participent à la recherche des solutions pour nourrir le plus grand nombre de personnes.

Publicité

Comment accélérer la transformation du secteur agricole ? Les idées foisonnent sur le continent africain, où les produits sont très demandés, notamment en ligne « contrairement à ce que l’on pourrait croire », selon Fatoumata Bâ, fondatrice de Janngo, une jeune pousse qui aide les PME à se développer.

« Quand on regarde dans un pays comme le Kenya, quels sont les produits les plus vendus dans les grandes opérations tel que le Black Friday, on a la surprise de voir que ce sont des sacs de farine de maïs, Au Nigéria ce sont des sacs de farine de manioc, et au Sénégal ça peut être des sacs de riz de 50 kg. On est vraiment au cœur des produits vivriers du produit agricole local. »

Pour diversifier les sources alimentaires, Kahitouo Hien a lancé une start-up : Faso Pro.

« Nous valorisons le potentiel nutritionnel des insectes. Nous avons commencé depuis 2014 avec la chenille de qualité et aujourd’hui nous sommes à une phase où nous nous diversifions, en associant d’autres insectes comme les criquets. C’est en tout cas une alternative, une solution parmi tant d’autres pour nourrir, d’ici 2050 les 10 milliards d’habitants que nous serons sur terre. Par leur potentiel nutritionnel, ce sont des produits essentiellement riches en protéines, plus riches que la viande et sur le plan environnemental, plus intéressant. Les insectes consomment très peu de ressources, ils émettent très peu de gaz à effet de serre et c’est une des solutions pour nourrir la planète. »

L’alimentaire reste l’un des principaux postes de dépense. Mais il y a des pertes importantes pour certains produits, s’indigne Fatoumata Bâ, qui donne l’exemple de la mangue en Côte d’Ivoire.

« J’étais très étonnée de constater qu’en particulier, hors des pics de production du café cacao, les agriculteurs producteurs de mangue peuvent perdre jusqu’à 40% de leur production par manque de solution de transport et de débouchés commerciaux. Pour moi, c’est une hérésie parce que la technologie est justement un des leviers qui peut rapprocher une offre et une demande,  alors que ce soit  du service logistique ou autre, que ce soit du service financier quelle que soit la problématique d’accès au marché des PME ; Et on le sait et c’est le cas pour les PME agricoles mais aussi pour les PME non agricoles, si vous leur apportez trois choses à une PME, elle arrive à croître et à fonctionner et à créer de l’emploi en retour. »

Accès au marché, au capital et à la capacité à opérer. A côté des pertes de produits agricoles par manque de circuits de distribution, l’Afrique reste le continent qui possède encore la plus grande superficie de terres arables non exploitées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.