Accéder au contenu principal
Reportage Afrique

Le retour des biens culturels en Egypte

Audio 02:20
La pierre de Rosette est actuellement toujours exposé au British Museum même si l'Egypte souhaite la récupérer.
La pierre de Rosette est actuellement toujours exposé au British Museum même si l'Egypte souhaite la récupérer. Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0 Øyvind Holmstad
Par : Alexandre Buccianti
5 mn

En prévision de l’inauguration officielle du nouveau Grand Musée égyptien l’année prochaine, l’Egypte cherche à récupérer de l’étranger des biens culturels jugés essentiels. Une tâche qui risque d’être difficile, sinon impossible.

Publicité

En tête des objets réclamés par l’Egypte figure la Pierre de Rosette exposée au British Museum de Londres. Une pierre fondamentale pour l’égyptologie, selon Lorenzo Medini de l’Institut français d’Archéologie orientale : « Lors de l’expédition d’Egypte de Bonaparte en 1799, à l’occasion de travaux qui étaient entrepris pas très loin de la ville de Rosette, des officiers français retrouvent cette pierre noire avec ces inscriptions. La Pierre de Rosette est un document qui date de l’époque hellénistique. C’était un document en trois langues : en égyptien hiéroglyphique, en démotique et grec. et c’est précisément la comparaison de ces trois langues qui permit à Champollion de décoder les hiéroglyphes. »

Une Pierre de Rosette qui permet enfin de percer le mystère de l’histoire des Pharaons. « La Pierre de Rosette incarne le mythe à la fois de l’Egypte et du déchiffrement. C’est la clé qui a permis d’ouvrir une porte de quelque chose qui était enfermé depuis longtemps », ajoute Lorenzo Medini.

« Nous avons le droit de la réclamer »

Mais la Pierre, comme tous les objets découverts par les savants de l’Expédition d’Egypte, est confisquée par les Anglais victorieux sur mer en contrepartie d’un saufconduit pour le départ des troupes françaises

Des accords dont les Egyptiens étaient totalement exclus. Aujourd’hui ils veulent la restitution de la Pierre, mais les Anglais refusent. L’archéologue égyptienne Monica Hanna explique : « La Pierre de Rosette a été prise d’Egypte durant une guerre. Et conformément à la législation internationale sur la propriété culturelle, nous avons le droit de la réclamer puisqu’elle a été prise en condition de guerre et de colonialisme. Une partie importante de l’identité culturelle égyptienne est liée à la Pierre de Rosette. »

La Pierre de Rosette n’est pas le seul bien culturel réclamé par les Egyptiens. Il y a aussi le buste de Nefertiti au Musée de Berlin.

Le Buste de Nefertiti et très important. Je pense aussi que ce buste est important pour l’identité culturelle féminine en Egypte. Beaucoup d’Egyptiennes disent « je veux être belle comme Nefertiti ». Le buste fait donc partie de la personnalité féminine égyptienne. Comme on dit en égyptien « Incha’Allah »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.