Accéder au contenu principal
Les dessous de l'infox, la chronique

L'agenda politique, derrière les climato-sceptiques

Audio 03:31
Ouverture de la 24e conférence de l'ONU pour le climat (COP24), à Katowice, en Pologne, le 2 décembre 2018.
Ouverture de la 24e conférence de l'ONU pour le climat (COP24), à Katowice, en Pologne, le 2 décembre 2018. REUTERS/Kacper Pempel
Par : Sophie Malibeaux
|
Vidéo par : RFI Suivre

L’offensive des climato-sceptiques sur les réseaux sociaux ne faiblit pas. De gros moyens financiers sont consacrés à instiller le doute à l’égard des théories sur le réchauffement climatique et sur la part de responsabilité de l’homme dans ce phénomène.

Publicité

Lobbies des hydrocarbures et fonds spéculatifs font cause commune, pour la défense de leurs industries et des profits qu’elles engendrent, sur le dos de la planète.

En remontant le fil de certains tweets et le parcours de leurs auteurs, c’est tout un agenda politico-financier que l’on révèle: la collusion de l’ultra-droite américaine, de grands financiers et d’industries dépendantes des combustibles fossiles.

Nous partons d'un cas particulier, celui de Patrick Moore, qui utilise son ancienne étiquette de « co-fondateur de Greenpeace » pour défendre désormais un agenda aux antipodes de ses engagements précédents, à la solde des lobbies de l'agro-alimentaire, des énergies fossiles et de la pétro-chimie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.