Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Droits de l’homme: un droit toujours à conquérir en Europe

Audio 19:30
Le 22 septembre 1948, Vincent Auriol prononce un discours lors de la cérémonie d'ouverture de la troisième Assemblée des Nations unies à l'issue de laquelle, le 10 décembre 1948, fut adoptée la Déclaration universelle des droits de l'homme.
Le 22 septembre 1948, Vincent Auriol prononce un discours lors de la cérémonie d'ouverture de la troisième Assemblée des Nations unies à l'issue de laquelle, le 10 décembre 1948, fut adoptée la Déclaration universelle des droits de l'homme. © AFP/Stringer
Par : Frédérique Lebel

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit ». Le 1er article de la Déclaration universelle des droits de l’homme, signé il y a tout juste 70 ans à Paris. Drôle de résonnance aujourd’hui alors que le pacte sur les migrations de l’ONU adopté à Marrakech suscite un vaste vent d’opposition. Un texte non contraignant pourtant qui émet des propositions pour mieux aider les Etats à gérer les migrations. Six pays européens ont refusé de se rendre à Marrakech pour le signer. Et les théories complotistes fleurissent, relayées par des gouvernants, des réseaux sociaux, et même certains gilets jaunes en France. En Belgique, c’est le gouvernement de coalition qui a volé en éclats. Laxmi Lota.

Publicité

Symbolique aussi alors que l’on fête cet anniversaire, le décès en Russie, le week-end dernier, de Lioudmila Alexeeva, la plus ancienne dissidente russe qui avait fondé le groupe Helsinki de Moscou. L'autre grande organisation de défense des droits de l’homme dans le pays, c’est Memorial, fondé par Andreï Sakharov. L’association effectue un important travail de recherche sur la terreur stalinienne et les répressions politiques. Mais, ces dernières années, la pression du pouvoir est devenue intense, menaçant même son existence. A Saint-Pétersbourg, l’antenne régionale du mouvement a perdu son local. Reportage sur place d’Etienne Bouche.

A noter qu’Oleg Sentsov, le réalisateur ukrainien emprisonné dans le nord de la Russie doit recevoir mercredi (12 décembre 2018) le prix Sakharov, le prix des droits de l’homme de l’Union européenne.

Et puisqu’on parle Déclaration des droits de l’homme, parlons aussi de la convention de Genève sur le droit des réfugiés adoptée, trois ans plus tard, en 1951. Là aussi, un texte mis à mal par l’actualité récente. C’est ce que soulignent aujourd’hui nombre d’organisations non gouvernementales qui travaillent en Grèce et notamment dans les cinq îles de l’est de la mer Egée où l’Union européenne a instauré ses hotspots, ses centres d’enregistrement des migrants, et le point de départ du renvoi des migrants vers la Turquie. A Athènes, les explications de Charlotte Stievenard.

Et la question des droits de l’homme en Turquie justement. Le pouvoir multiplie la pression sur les universitaires, les juges, les journalistes, mais aussi sur les étudiants. Ces dernières années, le nombre de jeunes gens mis en garde à vue ou incarcérés a considérablement augmenté. Derrière les barreaux pour insultes au président, propagande terroriste ou appartenance à une organisation illégale. Reportage à Istanbul d’Anne Andlauer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.