Accéder au contenu principal
Débat du jour

Faut-il réformer le conseil de sécurité de l'ONU?

Audio 19:30
Le Conseil de sécurité de l'ONU à New York.
Le Conseil de sécurité de l'ONU à New York. Reuters/路透社
Par : Adrien Delgrange
22 mn

C'est un haut lieu de pouvoir et de décisions internationales créé au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Appelé communément "gendarme du monde" ou "gardien de la paix mondial", il s'agit du Conseil de sécurité des Nations unies, l'organe exécutif de l'ONU basé aujourd'hui à New York.Le conseil de sécurité dispose de pouvoirs spécifiques comme la mise en place de sanctions internationales, l'intervention militaire et le maintien de la paix. Depuis octobre 1945, 5 Etats sont assis en permanence à la table du Conseil de sécurité : les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Royaume-Uni et la France.Ces pays sont-ils aujourd'hui représentatifs du monde contemporain ? L'augmentation du nombre des membres permanents du Conseil de sécurité est-il possible ? Si oui comment procéder ? Le droit de veto dont jouissent certains pays est-il un frein à l'action de l’ONU ou une garantie pour tenter de maintenir la paix sur la planète?Ces questions ne datent pas d'hier mais ont été relancées récemment par le vice-chancelier allemand : Olaf Scholz a tout simplement demandé que la France cède son fauteuil de membre permanent et que le siège soit occupé à la place par l’Union européenne.

Publicité

Pour en débattre :

- Alexandra Novosseloff, docteur en Sciences politiques, chercheuse-associée au Centre Thucydide de l’Université de Paris-Panthéon-Assas. A dirigé l’ouvrage collectif Le Conseil de sécurité des Nations Unies. Entre impuissance et toute puissance, aux éditions du CNRS (2016).

- Lakhdar Brahimi, Ancien ministre des affaires étrangères algérien et ancien médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe

Rejoignez Le débat du jour sur Facebook ou sur Twitter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.