Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

A la Une: le sommet de la SADC

Audio 03:59
Une rue du centre ville de Brazzaville.
Une rue du centre ville de Brazzaville. Wikimedia
8 mn

Publicité

Sommet exceptionnel qui s’ouvre à Brazzaville. Plusieurs chefs d’Etat sont attendus sur place à quatre jours maintenant de la présidentielle en République démocratique du Congo.

La crainte d’une nouvelle crise postélectorale sera bien sûr au cœur des discussions. Et la presse s’interroge sur le rôle de ces deux organisations.
Le quotidien congolais Le Potentiel estime ainsi que beaucoup d’observateurs « pensent qu’un deal secret lierait Kinshasa à l’Union africaine et à la SADEC ». Selon le journal, la SADC n’a pas été entravée par Kinshasa dans son travail,  contrairement aux autres observateurs, notamment occidentaux. « Quel intérêt Kinshasa a-t-elle à se détourner de l’ONU, tout en ouvrant grandement sa porte à l’UA et à la SADC ? » interroge ainsi Le Potentiel.

Le sommet de Brazzaville qui a inspiré le caricaturiste Kash Thembo. Dessin à découvrir ce matin sur le site Actualité CD.

Cette élection « remplit tous les ingrédients d’une déflagration », c’est le constat cette fois du quotidien burkinabé Le Pays. Selon le journal, « tout ou presque est fait pour que le saint Graal n’échappe pas au dauphin désigné de Kabila  ». Quant à la réunion de Brazzaville, elle est qualifiée de « médecin après la mort ». Le journal estime que la SADC aurait pu accompagner les Congolais au moment où se dessinaient : « les prémices du chaos ». Et d’ajouter que Denis Sassou Nguesso, est bien mal placé pour donner je cite « des leçons de démocratie à Joseph Kabila ».

«–Le pari risqué de Sassou Nguesso » qui fait la Une d’Aujourd’hui au Faso. Pour le quotidien, il ne devrait pas sortir grand-chose de la réunion alors « Pourquoi s’embarrasser encore d’oiseuses disputes à Brazzaville » peut-on lire  ?

Les candidats à la présidentielle en RDC, eux, ont exprimé leurs vœux pour Noël.

Et ils sont compilés par le site CAS-Info ce matin. La presse qui évoque également la messe de Noël célébrée hier par l’archevêque de Kinshasa, Monseigneur Fridolin Ambongo. Messe célébrée en la paroisse Saint-Benoit à Lemba. Un choix symbolique, puisque c’est dans cette paroisse que l’activiste Rossy Mukendi a été tué en février dernier par la police. L’archevêque lui a rendu hommage, exhortant les fidèles à suivre l’exemple de son sacrifice.

Des célébrations de Noël très politiques en RDC et, mais aussi dans d’autres pays. Au Burkina Faso, l’homélie du cardinal Philippe Ouédraogo fait ainsi la Une d’Aujourd’hui au Faso. « Gouvernants, servez le peuple et non vous-mêmes ! » voilà ce qu’on peut lire en Une du quotidien.

A lire également sur le faso.net, le message de Noël du père Laurent Ouédraogo qui rappelle qu’au Burkina Faso « nombreux sont les hommes et les femmes qui vivent dans la faim, la misère, les maladies endémiques ». « Il faut que l’on prenne conscience que la situation présente doit être affrontée avec responsabilité, combattue et vaincue », peut-on lire ce matin.

A la Une de la presse également, la situation à Madagascar.

J-1 avant l’annonce des résultats provisoires de l’élection présidentielle. Une élection qui oppose deux anciens chefs d’Etat  : Andry Rajoelina crédité de 55 % des voix contre 44 % pour Marc Ravalomanana selon les tendances partielles de la Céni. « Le risque de crise postélectorale plane à nouveau dans le pays  », s’inquiète Madagascar Tribune.

« L’impossible revanche de Ravalomanana », c’est le titre de l’édito d’Aujourd’hui au Faso Pour le quotidien, l’ancien chef d’Etat se débat et croit «  dur comme fer  » que l’élection n’a pas été transparente. S’achemine-t-on vers une réelle alternance au pouvoir à Madagascar,  s’interroge Aujourd’hui au Faso, «  on l’espère  » peut-on lire, car «  rien n’est encore décidé  » et «  il reste des risques que les choses dégénèrent  ».

«–Il faut éviter que ce parfum de revanche ne dégage une odeur nauséabonde de règlement de compte » écrit pour sa part Le pays. Pour qui il appartient au grand gagnant de ce scrutin présidentiel, de se mettre dans une posture de rassembleur pour « réconcilier les Malgaches avec eux-mêmes  ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.