Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Indonésie et Malaisie veulent plus d'huile de palme dans les moteurs

Audio 01:55
Un ouvrier récolte des noix de palme à Sumatra (Indonésie) le 18 janvier 2017.
Un ouvrier récolte des noix de palme à Sumatra (Indonésie) le 18 janvier 2017. Jefta Images / Barcroft Images / Barcroft Media via Getty Images

Envahis par les stocks d'huile de palme, les deux plus grands pays producteurs au monde, l'Indonésie et la Malaisie, augmentent le taux d'incorporation de biodiesel dans les moteurs. Ces deux pays réagissent très mal aux annonces européennes visant à limiter cet usage.

Publicité

La Malaisie n'apprécie pas du tout que la Norvège projette d'interdire l'huile de palme dans les moteurs en 2020 pour tenter de limiter la déforestation en Asie. Vendredi dernier, la ministre malaisienne du commerce s'est fâchée, estimant que ce serait un obstacle à la signature du traité commercial avec l'Association européenne de libre-échange, dont fait partie la Norvège aux côtés de la Suisse, de l'Islande et du Liechtenstein.

Biodiesel indonésien dans le collimateur de l'UE

Rien n'est encore fixé, pas plus en Norvège que dans l'Union européenne, où le Parlement a bien voté l'interdiction de l'huile de palme dans les carburants en 2021 mais où ni la Commission ni le Conseil européen n'ont statué.
Pourtant, la fébrilité des grands producteurs asiatiques augmente. En avril prochain l'Indonésie devrait perdre le marché européen du biodiesel après une enquête de l'Europe sur ses subventions. La Malaisie, elle, n'est pas sûre d'en tirer profit bien longtemps.

Excédents aggravés par les taxes de l'Inde

Le biodiesel, c'est pourtant la bouée de sauvetage de l'huile de palme, dont les prix n'en finissent plus de plonger. Ils étaient au plus bas depuis trois ans en novembre dernier (424 dollars la tonne) et surnagent à peine au dessus de 500 dollars la tonne aujourd'hui. Le marché, entraîné par celui du pétrole, est lui-même englué dans les stocks, 3 millions de tonnes cette année en Malaisie, près de 5 millions en Indonésie, où la production a augmenté encore plus que prévu (pour atteindre plus de 40 millions de tonnes cette année, contre 19,2 millions de tonnes en Malaisie). L'Inde a aggravé cet excédent en imposant en 2018 une taxe de 44 % sur les importations d'huile de palme, pour avantager sa propre production de colza et dépenser moins de devises. Les choses devraient changer puisque New Delhi a signé un accord de libre-échange qui entre en vigueur ce jour avec Kuala Lumpur. L'huile de palme malaisienne devrait donc à nouveau couler à flot en Inde en 2019.

Bientôt 25 % dans le moteurs indonésiens ?

En attendant, la Malaisie lance ce 31 décembre un biodiesel à 10 % d'huile de palme, contre 7 % jusqu'à présent. En Indonésie, on en est déjà à 20 % d'incorporation et l'on évoque le passage à 25 % d'huile de palme dans les moteurs, pour soutenir la production nationale - l'année 2019 sera électorale dans l'archipel asiatique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.