Débat du jour

Les djihadistes et les radicalisés sont-ils bien localisés et surveillés?

Audio 19:30
Des militaires près de marché de Noël à Strasbourg, où une fusillade a eu lieu, le mardi soir 11 décembre 2018.
Des militaires près de marché de Noël à Strasbourg, où une fusillade a eu lieu, le mardi soir 11 décembre 2018. © REUTERS/Vincent Kessle

Le procès de l'attaque du musée juif de Bruxelles et les récentes révélations sur la préparation de l'attaque de Strasbourg sont là pour le montrer : l'un des grands enjeux de la lutte contre le terrorisme, c'est la surveillance de ses éléments les plus radicaux, qu'ils soient revenants de la zone irako-syrienne ou sortants des prisons françaises et européennes. Le risque est toujours réel, et il est désormais porté davantage par des individus que par des organisations structurées de théâtres lointains, surtout depuis le repli de l'organisation Etat islamique. Cela complexifie encore une surveillance déjà complexe. Les djihadistes et les radicalisés sont-ils bien localisés et surveillés ? C'est la question du jour.

Publicité

Pour en débattre :

  • Elie Tenenbaum, chercheur au Centre des Etudes de Sécurité de l’IFRI, auteur de l’étude Quel avenir pour le djihadisme ? Al-Qaïda et Daech après le califat (IFRI 2019) et de Partisans et Centurions. Une histoire de la guerre irrégulière au XXème siècle (éd. Perrin 2018)
  • Bernard Rougier, professeur à Paris 3 spécialiste de l’islamisme, du Moyen-Orient et des mouvements radicaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail