Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Gbagbo «sera en position de rentrer en Côte d'Ivoire d'ici quelques mois»

Audio 06:31
Couverture du livre «Gbagbo, un homme, un destin», de Bernard Houdin (capture d'écran).
Couverture du livre «Gbagbo, un homme, un destin», de Bernard Houdin (capture d'écran). librairiedialogues.fr

Comment réagit-il Laurent Gbagbo à son acquittement ? Quand espère-t-il rentrer en Côte d'Ivoire ? Sera-t-il candidat à la présidentielle de 2020 ? Bernard Houdin, qui est son conseiller spécial, a très souvent vu l'ancien président ivoirien ces sept dernières années, dans sa prison de la Cour pénale internationale. Ce mois-ci, Bernard Houdin publie, aux éditions Max Milo, Gbagbo, un homme, un destin. En ligne de La Haye, il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

Publicité

Pour les avocats de l’Etat ivoirien, l’important est que Laurent Gbagbo reste à la disposition de la justice et peu importent les modalités. Est-ce que vous ne craignez pas, justement, que Laurent Gbagbo ne soit remis qu’en liberté provisoire et n’ait pas le droit de quitter son pays de résidence, qui pourrait être la Belgique ?

Comme je vous dis, tout cela, ce sont des combats d’arrière-garde qui peuvent prendre quelques semaines ou quelques mois. Mais cela n’empêchera pas que dans un délai très court, maintenant, qui se compte en quelques mois au maximum, le président Gbagbo sera en position de rentrer en Côte d’Ivoire et d’y jouer le rôle central qu’il n’aurait jamais dû quitter.

Et s’il rentre en Côte d’Ivoire, est-ce que Laurent Gbagbo sera candidat à la présidentielle de 2020 ?

Ce sont les Ivoiriens qui choisiront. Le président Gbagbo peut être candidat. Il a toutes les capacités pour l’être. Je pense que depuis 2011 la situation qu’on a faite et le sort qu’on a voulu faire au président l’ont rendu beaucoup plus populaire que jamais et que dans une élection le fait d’être populaire n’est pas négatif pour un résultat positif.

Donc vous ne doutez pas de sa volonté d’être candidat en 2020 ?

Je ne doute pas de la nécessité de remettre en route ce pays et je ne doute pas que Gbagbo ait toutes les capacités pour le faire. Le choix final lui appartient, parce que c’est à lui et lui seul de se décider.

Est-ce que vous pensez que les Ivoiriens vont revivre en 2020 le deuxième tour de 2010 entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo ?

Je pense que, s’il y a une élection en 2020 et – prenons une hypothèse d’école – s’il y a Gbagbo, Bédié et Ouattara, je suis immensément persuadé aujourd’hui que Ouattara ne sera pas au deuxième tour.

Après son arrestation d’avril 2011 et son transfert de novembre 2011, est-ce que Laurent Gbagbo savoure aujourd’hui sa revanche ?

Laurent Gbagbo ne savoure aucune revanche. D’ailleurs, vous parliez de mon livre. J’ai mis en exergue de mon livre une phrase de Mandela qui dit : « Quand on a fait de la prison pour ses idées et que l’on sort de prison, on ne pense pas à se venger ». Et il ajoute : « On n’a pas de temps à perdre pour cela ». Et Gbagbo n’a pas de temps à perdre avec des affaires du passé ou des vengeances. Le problème de Gbagbo n’est pas un problème personnel. Le problème de Gbagbo, c’est que la Côte d’Ivoire, avec les générations futures, puisse revivre dans un pays libre, démocratique, où les gens ont plaisir de vivre ensemble, même s’ils ne pensent pas tous la même chose. C’est cela qui est important.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.