Priorité santé

Prise en charge de la drépanocytose en Haïti

Hôpital pédiatrique Saint-Damien à Port-au-Prince, principal hôpital de prise en charge des enfants drépanocytaires en Haïti.
Hôpital pédiatrique Saint-Damien à Port-au-Prince, principal hôpital de prise en charge des enfants drépanocytaires en Haïti. © RFI / Victor UHL

Emission enregistrée à Port-au-Prince en HaïtiLiée à une anomalie de l’hémoglobine, la drépanocytose est la maladie génétique la plus répandue dans le monde. Chaque année, 300 000 bébés naissent atteints de drépanocytose. La moitié de ces enfants n’atteint pas l’âge de 5 ans. En Haïti, aucune étude fiable n’a été menée sur cette maladie. Cependant, on recense des cohortes d’enfants drépanocytaires dans la plupart des hôpitaux. Ainsi, l’hôpital Saint-Damien traite à lui seul 1 500 enfants atteints par la maladie, plus connue sous le nom d’anémie falciforme, dans le pays.Comment cette maladie est-elle prise en charge en Haïti ? Comment se passe le dépistage néonatal ?

Publicité
  • Dr Jacqueline Gautier, directrice nationale de Santé de l’Hôpital Saint Damien, Nos Petits Frères et Sœurs dans la commune de Tabarre en Haïti
  • Dr Nora Saint Victor Dély, coordonnatrice du projet de dépistage néonatal de l’anémie Falciforme à l’Hôpital Saint Damien
  • Véronique Teyssié, responsable des programmes de la Fondation Pierre Fabre
  • Rachelle, jeune patiente atteinte de drépanocytose.

Une émission réalisée en partenariat avec la Fondation Pierre Fabre.

 

Pour aller plus loin :

Association d'Anémie Falciforme d'Haïti

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail