Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Wikipédia en orbite terrestre

Audio 02:06
Une archive des pages de Wikipedia se trouve désormais dans l'espace (photo d'illustration).
Une archive des pages de Wikipedia se trouve désormais dans l'espace (photo d'illustration). REUTERS/Str

Afin de transmettre aux générations futures les millions d’articles rédigés sur Wikipédia, une fondation américaine a fait graver sur des disques de quartz, toutes les pages de l’encyclopédie en ligne. Profitant de l’envoi d’un satellite, ces premières archives spatiales ont été placées avec succès en orbite terrestre.

Publicité

Les supports physiques de nos données numériques ne sont pas éternels ! Loin s’en faut ! Dans moins d’un siècle, toutes les informations emmagasinées aujourd’hui sur le Web ou sur n’importe lequel de nos DVD, disques durs et dispositifs électroniques courants, se seront volatilisées. Pire, les générations futures, déjà condamnées à une perte de mémoire totale, retourneraient à l’âge de pierre en cas de panne généralisée des réseaux informatiques.

Mais alors, comment préserver pendant des millénaires nos précieuses connaissances afin de les transmettre à nos descendants ? C’est presque simple ! ont imaginé Nova Spivack et Nick Slavin, les deux créateurs de l’ONG américaine Arch Mission Fondation en 2015. Ils s’inspirent, pour mener à bien leur projet, des ouvrages de science-fiction qui ont été rédigés par le vulgarisateur scientifique et écrivain Isaac Asimov, et plus précisément de la série de ses romans intitulés Fondation.

L'endroit idéal pour conserver les archives de l'humanité

L’espace, argumentent nos deux fondateurs sur leur site Web, serait l’endroit idéal pour conserver quasi éternellement les archives de l’humanité. Encore faut-il trouver le support adéquat qui serait capable de résister aux variations extrêmes de températures du vide spatial. Un substrat qui ne craint ni les chocs provoqués par des micrométéorites et autres débris véloces sillonnant l’espace, ni même les bombardements constants des rayons cosmiques, grignotant jusqu’à la moelle les matériaux actuellement fabriqués sur la Terre. Leur choix s’est porté sur un petit disque composé de cristaux de quartz, jugé indestructible par ses inventeurs, sur lequel a été gravée une copie des pages de l'encyclopédie en ligne Wikipédia.

Dénommée par ses concepteurs Orbital Library, c’est une fusée chinoise convoyant un satellite qui a placé en orbite la première capsule temporelle des connaissances humaines. « Cette bibliothèque extraterrestre est le début d'un anneau de sauvegarde de données en orbite autour de notre planète. Nos Archs pourraient être la seule trace restante de notre espèce et de notre civilisation en cas de catastrophe mondiale », précise la fondation dans son communiqué.

L’association compte déposer un autre disque sur la Lune fin février en partenariat avec la firme israélienne SpaceIL, puis un second, qui sera lancé en 2020, lors de la mission lunaire de la société américaine Astrobotic. Ces sauvegardes mémorielles, accompagneront chaque étape de la conquête du système solaire, affirme la Fondation. Et peut-être beaucoup tard, des voyageurs au long cours, quand nos lointains descendants vogueront parmi les étoiles, vers l’infini et au-delà ajouterait sans doute Buzz l’Eclair !

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.