Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Cuivre, lithium, ciment: des matériaux critiques pour la transition énergétique?

Audio 01:59
Batterie électrique en Lithium (image d'illustration).
Batterie électrique en Lithium (image d'illustration). RFI/Claire Fages

L'électrification des transports et plus largement les énergies renouvelables vont accroître la consommation de certaines matières premières. Au nombre desquelles le lithium, mais aussi le cuivre et le ciment. Des matériaux considérés comme plus ou moins critiques par les chercheurs.

Publicité

Le fabricant belge de batteries de voitures électriques Umicore vient encore de le souligner : l'Europe doit sécuriser sa chaîne d'approvisionnement de matières premières... Le déploiement des énergies renouvelables et l'électrification des transports sont en train de bouleverser la géopolitique de l'énergie. « A une dépendance aux ressources fossiles pourrait se substituer une dépendance à d'autres ressources », alertent les auteurs de trois études. Les chercheurs de l'IFPEn et de l'IRIS se sont ainsi penchés sur le lithium, le cuivre et le ciment.

Urgence du recyclage du cuivre

Des matériaux qui ne sont pourtant pas rares. Mais qui pourraient devenir des matériaux critiques. En raison d'abord d'une raréfaction rapide de la ressource. Dans un scénario de réchauffement climatique limité à 2 degrés avec un fort déploiement du véhicule électrique individuel, et donc sans accent mis sur le transport collectif, il ne resterait plus, en 2050 dans le sous-sol, que 54% des ressources actuellement connues de lithium. Et seulement 8% des ressources de cuivre, pourtant considéré comme un métal de base.

Les chercheurs insistent sur l'urgence à développer le recyclage du cuivre, et en amont une éco-conception –qui le facilitera les nouveaux usages du cuivre rendant plus difficile le recyclage que dans les anciens usages comme la construction.

Oligopoles dans le lithium et le ciment

Pour le lithium, c'est moins la ressource qui inquiète que la concentration de la production entre quelques mains. Une concentration géographique : 90% de la production minière proviennent d'Australie ou d'Amérique latine, le fameux Triangle du lithium –Argentine, Bolivie et Chili. Mais surtout, souligne l'étude de l'IFPEn, la production de lithium est contrôlée par un petit nombre d'entreprises, une Américaine, Albermarle, une Chilienne SQM, et cette dernière est convoitée par le Chinois Tianqi, autre géant du lithium.

La dernière étude est consacrée au ciment. Il faudra multiplier les pieds de turbine d'éoliennes, les barrages hydrauliques, les nouvelles centrales électriques si l'on remplace les anciennes plus polluantes. Mais le secteur électrique ne pèsera que 0,8% de la production de ciment en 2050, « ce n'est pas un alibi pour ne pas faire la transition énergétique », estime Emmanuel Hache, de l'IFPEn. L'accès au ciment sera cependant plus critique en Afrique où trois gros cimentiers se partagent encore les trois quarts du marché. Une situation d'oligopole qui pourrait transformer le ciment en matériau aussi critique que le lithium.

A lire :

The Impact of future generation on cement demand – IFPEn/Iris/ANR. January 2019

Vers une géopolitique de l'énergie plus complexe ? (Métaux et matériaux, brevets, enjeux pour les exportateurs d'hydrocarbures) – IFPEn/Iris/ANR. Décembre 2018.

Quelle criticité du lithium dans un contexte d'électrification du parc automobile mondial ? – IFPEn. Juillet 2018.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.